Skip to content

396 marches

C’est le nombre pour atteindre le sommet de la tour de la cathédrale de Bourges. 

Aie aie les jambes et surtout les genoux. 

Mais en récompense, une vue magnifique de Bourges et ses environs. 

Le jardin de l’archeveché

La tourelle, là où sont les marches

Quelque part, le palais Jacques coeur

Le palais Jacques Coeur

Publicités

Le vendredi, c’est Kamenashi !

Ecrit avec beaucoup d’humour.

Mikki forever nolife

Yamapi a eu droit à ses mercredis, en mode « la série de l’été ». En ce début de printemps 2016, voici enfin, sous tes pupilles dilatées (mater des bisho dès le matin, c’est mal) (t’as choisi lesquels !!?), les Vendredi de Kamenashi ! Et oui, il y en aura plusieurs. Il faut croire que j’ai des choses à dire sur ce cher Kamenashi Kazuya.

Il est beau gosse et il le sait ! Il est beau gosse et il le sait !

Je le répète, tout de même : je n’ai JAMAIS eu de kamenashite chronique. Juste une petite kamenashite. Bon, OK : certainement une petite crise de kamenashite aigüe…

Parlons donc de cet acteur, chanteur, producteur il paraît, même. Ah, sa polyvalence me fascine !

View original post 1 032 mots de plus

Vidéo

Tambours pour la paix : la chanson

Cette semaine, des écoliers athois ont enregistré deux chansons qu’ils ont écrites avec l’animateur musical Xavier Simon. Ces chansons seront apprises et interprétées par 2000 enfants le 21 mars à 10h30 sur la Grand-Place. L’action s’inscrit dans une large campagne de la maison culturelle : Bâtisseurs de liens.Voici une des chansons dans son entièreté.

Source : Tambours pour la paix : la chanson

La classe d’Alianore a participé à la création du dernier couplet. Elle était un peu stressée pour cet enregistrement et ne voulait pas le faire au début. Elle est au premier rang sur la gauche de la vidéo (accès via le lien « Source »).

Si vous passez par Ath le 21 février, venez l’encourager en écoutant la chanson sur la Grand-Place.

Le défi désencombrement

J’ai tenté un jour, j’ai abandonné.
Quand j’aurais de la volonté… J’ai dû mal à jeter.

31 jours pour agir….

Depuis 8/9 ans, je suis tant que possible l’optique de la simplicité volontaire et du désencombrement et c’est avec bonheur que j´ai découvert il y a quelques jours ce défi grâce au blog de maman s’organise.

31 jours pour désencombrer son univers.

Le 1er jour, on se débarrasse d’un objet, le 2e deux objets, le 3e trois… Jusqu’au dernier jour du mois pour finir ainsi avec plus de 500 objets évacués, donnés, jetés ou vendus et un univers de vie allégé.

image

Les premiers jours me semble assez simple pour ce défi. On a tous des bricoles qui trainent par ci par là dont on doit se débarrasser et que l’on ne sait pourquoi, on reporte toujours au lendemain; mais au plus on avancera dans le mois au plus le pari sera difficile.

Alors si toi aussi tu as envie de me rejoindre dans l’aventure, je…

View original post 28 mots de plus

Ikebukuro West Gate Park de Ishida Ira

Plus communément appelé IWGP.

Je connaissais les personnages de ce livre grâce au drama du même nom, sorti à la TV nippone en 2000. J’ai apprécié le drama sans qu’il reste marqué dans mon esprit. En plus, le thème n’était pas un de mes préférés. Cependant, il était dans ma liste à voir car Yamashita Tomohisa y joue à ses débuts (15 ans à l’époque !) et aussi Nagase Tomoya, un acteur plus âgé que je découvrais alors. Il joue le rôle principal et c’est un rôle qui lui va bien.

Le livre dont est tiré cette série m’a accroché assez vite. Sa lecture est aisée. Le narrateur est le personnage principal Makoto. On est plongé très vite dans l’ambiance de ce quartier d’Ikebukuro. Ce premier tome compte 4 histoires  scénarisées pour les premiers épisodes du drama. Même si je l’ai vu il y a un peu plus de six mois, à chaque page, à chaque histoire, je revisualisais les scènes sans que cela soit redondant. Je me remémorais chaque acteur, chaque pièce du puzzle au fur à mesure de ma lecture, sans ennui. Bien au contraire, je voulais vite connaître la suite.

Voici le résumé du livre.

« Bienvenue à Ikebukuro West Gate Park. Un square ouvert aux aventuriers urbains, à la sortie ouest de la gare d’Ikeburkuro. C’est là que Makoto et ses amis ont établi leur GQ. Makoto a dis-neuf ans, et c’est un trouble shooter, un « solutionneur d’embrouilles ». Des embrouilles, il n’en manque pas dans ce quartier où se rencontrent gamins à la dérive, Yakuzas, filles perdues et clandestins dans le Japon de l’envers. Avec pour seules armes son énergie et sa débrouillardise, Makoto résout les énigmes, vient en aide à ceux qui sont dans la détresse, et tente de ramener la paix dans les rues menacées par une sanglante guerre des gangs… »

Je ne vous mets pas le résumé du drama vu qu’il est presque identique. Il est visible sur le net en vostfr (une petite recherche, et hop, vous avez les 11 épisodes).

%d blogueurs aiment cette page :