Aller au contenu principal

Episode 73 : Texte VF-VOSTFR

Pour l’amour de la Terre / Pour cette si belle Terre

Texte français transcrit par The Belgian Minos (Merci pour ce travail)

Argoli: Le satellite va atteindre la face cachée de la lune. / Le satellite va atteindre la face cache de la Lune.

Procyon : Hum hum …

Alcor : J’espère que le satellite pourra arriver à destination sans être repéré par les radars des forces de Véga. / Prof, vous êtes sûr que l’ennemi ne va pas le repérer ?

Procyon : Oh! Moi, j’espère surtout qu’il pourra nous montrer ce qui se passe, avant d’être repéré. / J’espère juste qu’il pourra s’approcher suffisamment avant d’être détecté.

***

Camp de la Lune Noire

Grand Stratéguerre : Végalia, pourquoi es-tu morte? Qui me succédera sur le trône quand j’aurai conquis l’univers et établi un nouveau royaume de Véga. Mon enfant, pourquoi as-tu laissé ton pauvre père tout seul? / Rubina, pourquoi es-tu morte ? Même si je reconstruis le royaume de Vega sur Terre, tu ne seras plus là pour me succéder sur le trône. Rubina, pourquoi ? Pourquoi as-tu laissé ton pauvre père tout seul ?

***

Argoli : Professeur, je reçois une image, le satellite est en place. / Prof, le satellite est en place.

Procyon : Parfait, branchez la caméra à infra-rouge. / Bien, active la caméra infrarouge.

Argoli : Oui! / Oui.

Phénicia : Voici donc cette fameuse face cachée! / C’est ça la face cache de la Lune ?

Alcor : Elle n’a rien d’extraordinaire! / Apparemment.

Phénicia : Oh, on dirait qu’il n’y a rien d’autre que de la poussière. / Il n’y a que de la poussière.

Alcor : Quand je pense que le quartier général de Véga est là-dessous! / La base de Vega est donc cache là-dessous ?

Phénicia : Regardez ce cratère! / C’est quoi ça ?

Tous : OOOOOOOH!

Procyon: Le voilà! Voilà l’endroit d’où viennent nos mystères. / La voilà. La base des Forces de Vega.

Actarus : Replacé à son échelle, il est plus grand que je ne l’imaginais. / Elle est immense. Bien plus que je ne le pensais.

Procyon : Nous allons nous rendre compte de la puissance de leur force de défense. Faites descendre le satellite. / Nous allons évaluer leur capacité défensive. Faites descendre le satellite.

Argoli : D’accord. / Oui.

***

Minos : Qu’est-ce que le Grand Stratéguerre attend! Il nous faut un plan pour attaquer la Terre! / Bon sang, mais que fait sa Majesté ? Nous devons élaborer un nouveau plan d’attaque.

Soldat Végan : Commandant! / Général Gandal !

Minos : Qu’y-a-t-il? / Qu’y a-t-il ?

Soldat Végan : Un satellite terrien approche de notre base. / Un satellite terrien s’approche de la base.

Minos : Comment? / Comment ?

Soldat Végan: C’est un petit satellite qui a très bien pu se perdre et arriver jusqu’ici! / C’est un petit modèle. Il s’agit peut-être d’un satellite en perdition.

Minos : Quoiqu’il en soit, détruisez-le. / Il nous met en danger. Détruisez-le !

***

Tous : OOOOOOOOOOH!

Argoli : Le satellite a du exploser. / Professeur, ils l’ont abattu.

Alcor : Ils n’ont pas mis longtemps à le repérer. / Bon sang, ils l’ont repéré.

Procyon : Leur efficacité est impressionnante mais je préfère qu’ils l’aient fait sauter. / Je voulais observer leurs défenses, mais c’est très bien qu’ils l’aient abattu.

Alcor : hein! Pourquoi ça? / Pourquoi donc ?

Procyon : Parce que s’ils l’avaient capturé, ils auraient vite compris que c’était un satellite-espion. / Comme ça, ils ne sauront pas qu’il s’agissait d’un satellite espion.

Alcor : Ah ah, j’ai pigé. / Mais oui !

***

Flashback

Végalia : Vega est situé à l’antipode du cratère de la Tranquillité. / La base des Forces de Vega se trouve sur la face cachée de la Lune.

Actarus : Végalia, merci. Grâce à toi, nous pouvons peut-être ramener la paix. / Merci, Rubina. Grâce à toi, nous avons découvert leur base.

***

Alcor : Véga n’a sans doute pas réalisé que nous avons localisé le camp de la lune noire. Alors, qu’est-ce qu’on attend, il faut aller l’attaquer et tout de suite. / Ils ne savent donc pas encore que nous les avons localisés. Alors, attaquons-les sans tarder, et pulvérisons-les.

Phénicia : Alcor! / Kôji.

Alcor : oui, quoi? / Oui ?

Phénicia : Ne sois pas aussi énervé, il faut réfléchir et ne pas agir à la légère. / Quand tu t’excites comme ça, ça t’empêche de réfléchir.

Alcor : Mais pourquoi attendre? Nous n’aurons jamais une meilleure occasion! / Hé, Maria, qu’est-ce que tu insinues ?

Phénicia : Aucun de nos appareils ne peut franchir l’exosphère. Même un enfant le saurait. Il n’y a qu’un fou comme toi pour ne pas l’avoir encore compris. / Nos Spazers ne peuvent quitter l’atmosphère. La Lune est trop loin. Même un écolier en serait conscient.

Alcor : Ah oui, c’est exact. J’avais complètement oublié ce détail. Oh, professeur, où en est votre dernière invention? / C’est vrai, j’avais complètement oublié. Au fait, Professeur… Professeur, où en est votre…

Procyon : Tu veux parler du Cosmorak qui nous permettrait de traverser tout l’espace? / Notre engin spatial, le Cosmo Special ?

Alcor: Oui, c’est ça votre cosmotruc. / Voilà, le Cosmo Special.

Procyon : Patience, ce n’est plus qu’une question de temps! En attendant, continuer les patrouilles de surveillance. / Ce n’est plus qu’une question de temps. D’ici là, continuez vos patrouilles.

Alcor: D’accord! / Oui.

***

Actarus (se promène et regarde la lune): Maintenant que le grand Stratéguerre a perdu sa fille, il va sûrement nous attaquer avec des forces décuplées. Cela peut se passer d’un instant à l’autre. Nous n’avons pas le temps d’attendre que le Cosmorac soit prêt. Nous devons passer à l’offensive les premiers. / Le roi Vega a perdu sa fille qu’il chérissait plus que tout. Il va certainement lancer une attaque décisive. Non, il est peut-être même déjà à l’œuvre. On ne peut pas attendre que le Cosmo Special soit opérationnel. Nous devons attaquer les premiers.

***

Grand Stratéguerre: Pourquoi l’avoir abattu? / Pourquoi l’avoir abattu ?

Minos : Mais Grand Stratéguerre… / Eh bien…

Grand Stratéguerre : Qui te dit que ce satellite n’était pas un espion envoyé par les terriens? / Il s’agissait peut-être d’un satellite espion envoyé par les Terriens.

Minos : Non, Grand Stratéguerre, non, c’est impossible, ils ne peuvent pas envoyer ici un satellite aussi petit! / Non, je ne pense pas. Les Terriens ne peuvent pas soupçonner…

Grand Stratéguerre : Bon, ça suffit! Pour le moment, ce n’est pas ce satellite qui m’intéresse. Prépare-toi à lancer une attaque générale contre la terre. J’en prends personnellement le commandement. / Silence ! De toute façon, cela n’a plus aucune importance. Prépare-toi à lancer une attaque générale. C’est moi qui en prendrai le commandement.

Minas : Peux-tu m’accorder un instant d’attention? / Attendez, Ô Grand Vega.

Grand Stratéguerre : Ouais, je t’écoute Minas. / Pourquoi donc, Lady Gandal ?

Minas : Je comprends ta douleur et je partage ton impatience Grand Stratéguerre, mais il convient de ne pas perdre son sang-froid. Tu ne peux pas prendre le risque d’affronter tes ennemis personnellement! Laisse-moi m’occuper de toute cette opération. / Je comprends parfaitement ce que vous ressentez, Majesté. Mais c’est précisément ce qu’attend l’ennemi. Gardez la flotte pour l’assaut final et laissez-moi lancer une attaque au préalable.

Grand Stratéguerre : Crois-tu avoir une chance de vaincre, cette fois? / Tu penses pouvoir l’emporter ?

Minas, petit rire sournois : Hum hum hum. / Oui.

***

Riguel : La la la la. / Tout doux, mon beau.

Actarus : Bonjour! / Bonjour tout le monde !

Mizar : Ah, c’est toi Actarus! / Ah, Daisuke.

Riguel : C’est toi! Salut Actarus, ah ah ah! Content de te voir! / Oh, mais c’est Daisuke.

Actarus : Comment vas-tu Mizar? / Bonjour, Gorô.

Mizar : Très bien! / Salut !

Riguel : Ah la la la, quel temps superbe, pas vrai? / Beau temps, hein ?

Actarus : Je vais vous aider, je m’occupe des chevaux. / Ah Danbei, je vais vous aider.

Riguel : Non, non, non, arrête-toi, tu as autre chose à faire. Allez allez, laisse tomber. / Attends. Qu’est-ce que tu fais ?

Actarus : Mais… Mais quoi! / Hé…

Riguel : Je te dis de laisser tomber ce seau, je ne veux pas que tu te fatigues inutilement. C’est compris, oui! Tu vas m’obéir. Puisque tu es venu, tu vas te reposer un peu, vu? / Je m’en occupe. Tu as bien mieux à faire. Tu ne dois pas te fatiguer à trimer au ranch. N’ai-je pas raison ? Quand tu n’es pas en mission, tu dois te reposer.

Actarus : Ah, laisse-moi faire, je ne suis pas fatigué. / Ne vous en faites pas. Je peux vous aider.

Riguel : Ah, pas question, tu vas te reposer! Donne-moi, ça! / J’ai dit non. Va te reposer.

Riguel et Actarus se disputent le seau et Riguel reçoit toute l’eau du seau sur lui.

Riguel : Oaah.! Oh la la.

Actarus : Oh, excuse-moi Riguel, je suis navré! / Je suis désolé. Est-ce que ça va ?

Riguel, en colère : Ah, ah, ah, oh oh, pas touche! Ne me considère pas comme un vieux débris, aïe aïe aïe. / Ne me touche pas ! Je ne suis pas encore impotent. Mon pauvre séant…

Mizar : Tu pourrais le remercier de sa gentillesse papa, au lieu de l’attraper. / Voyons, papa, Daisuke voulait justement t’aider.

Actarus : Riguel, regarde-toi, tu es trempé, ne reste pas comme ça! Va changer de vêtement. / Vous êtes tout mouillé. Il faut vite vous changer.

Riguel : Je suis assez grand pour me changer tout seul si j’en ai envie. / Laisse-moi tranquille !

Actarus : je te demande pardon, je voulais juste me rendre utile! J’espère que tu me comprends et que tu ne m’en veux pas trop! / Désolé, je ne voulais pas vous froisser. Mais vous ne devriez pas trop vous fatiguer.

Riguel : Ça va, ça va, arrête ton cirque! Aatchoum! / Qu’est-ce que tu insinues ?

Mizar : Hi hi hi. / Et voilà !

Riguel : Tu trouves ça drôle, toi?

Actarus : Tu dois rester en bonne santé pour que nous puissions te garder très longtemps. / Vous êtes un bien brave homme, et on tient à vous voir vivre longtemps.

Riguel : Ouille ouille, ce n’est pas par la flatterie que tu m’auras! Aatchoum! / C’est un peu tard pour user de la flatterie. Non, mais je vous jure…

***

Riguel : C’est vrai que j’aurais pu le remercier, il a un coeur en or, ce garçon, je suis un vieux bonhomme. Oh que j’ai honte, que j’ai honte! / Daisuke, merci. Tu as vraiment un cœur en or.

***

Mizar : Actarus, ça fait un sacré bout de temps que tu ne t’étais pas occupé des chevaux. / Ça faisait un bail qu’on ne s’était pas occupés des chevaux ensemble.

Actarus : oui, mais je vais m’y remettre. La guerre va bientôt finir. / Gorô, la guerre se termine.

Mizar : Oh, c’est vrai? On pourra à nouveau travailler tranquillement tous les deux? / Vraiment ? Alors on pourra travailler au ranch ensemble tous les jours ?

Actarus : Retrouver la paix est une chose, la conserver en est une autre. Il faudra que tu travailles beaucoup à l’école pour devenir un savant. De cette façon, quand tu seras grand, tu pourras toi aussi oeuvrer pour le bonheur des hommes. / Retrouver la paix est une chose, la conserver en est une autre. Tu dois bien travailler, et quand tu seras grand, tu œuvreras pour que la Terre soit encore plus belle.

Mizar : Ouais, tu peux compter sur moi, je travaillerai. Je vais devenir comme toi et protéger l’humanité! En attendant, je vais chercher de l’eau. / Compte sur moi. Je veux devenir comme toi et œuvrer pour le bonheur de tous ! Bon, je vais chercher de l’eau.

Actarus : Mizar. / Gorô.

Mizar : Ouais?

Actarus : Je voulais te dire que tu es le plus gentil garçon du monde. / Tu es vraiment un bon garçon.

Mizar : Merci, ah ah.

***

Actarus : Je ne veux pas que la Terre vive l’expérience qu’Euphor a connue. Je ne veux pas que la Terre vive l’enfer qu’Euphor a connu. Véga, jamais, je ne te pardonnerai ce que tu as fait à ma planète! Cette base est énorme. Il n’y a que Goldorak qui puisse aller aussi loin et la détruire. Les autres pas. Mais Goldorak peut-il y parvenir sans aide? Je risque d’y laisser mon appareil et ma vie. Mais je dois essayer. Pour l’amour de cette terre. Pour cette planète que j’aime. / Je ne veux pas que la Terre connaisse le même destin que Fleed. Elle ne doit pas vivre le même enfer. Misérable démon… Roi Vega, tu paieras pour tes crimes. Leur base est gigantesque. Et seul Grendizer est à même de l’atteindre et de mettre fin à la menace de Vega. Les attaquer sans soutien est bien périlleux. J’y laisserai certainement la vie. Mais je dois le faire. Pour cette si belle planète. Pour cette Terre…

***

Vénusia : Actarus, Qu’est-ce que tu fais ici en train de rêvasser, c’est l’heure de partir en patrouille. / Daisuke ! C’est plutôt rare de te voir ici. C’est l’heure de la patrouille.

Actarus : Ah bon. Alors si c’est l’heure, en route. Oh Vénusia, dis-moi, si on allait faire un tour à cheval. / Ah bon, déjà ? Allons-y. Dis, Hikaru. On y va à cheval ?

Vénusia : Comment! Un tour à cheval? / A cheval ?

Actarus : Oui, on a encore du temps! / Ça fait longtemps.

Vénusia : D’accord, allons-y. / Ça marche.

***

Vénusia : Actarus, dis-moi, ça fait longtemps qu’on n’avait pas fait une balade à cheval? / C’est vrai que ça faisait longtemps qu’on n’avait pas fait de cheval.

Actarus : Oui, tu sais que je t’aime mieux comme ça. / Oui, ça te va beaucoup mieux.

Vénusia : Comment? Qu’est-ce que tu voulais dire? / Qu’as-tu voulu dire ?

Actarus : Bien, euh je voulais dire que je préférais te voir sur un cheval que dans ton appareil. Il faudra abandonner ce costume quand la guerre sera finie. Je suis certain que ton père sera plus content se te voir habiller en fille plutôt qu’en combinaison de pilote. / Je trouve que ça te va beaucoup mieux de faire du cheval. Une fois la paix revenue, j’espère que tu pourras quitter cette combinaison, et redevenir la Hikaru d’avant. Tu as l’air si heureuse, à cheval.

Vénusia : Ah ah ah, yahooo! / Hue !

***

Vegamonstre Gura-Gura

Minas : Parfait, faites immédiatement le plein de lasernium! / Parfait. Injectez l’énergie végatronique !

Soldat Végan : A tes ordres! / Allez-y !

Minas : Antérak 173, tu vas avoir l’honneur de combattre Goldorak. / Je compte sur toi, Gura-Gura, pour en finir avec Grendizer.

***

Procyon : Encore. Ça va, stop. / Très bien. Stop.

Alcor : Oh Actarus, regarde! Cosmorak est presque fini. / Ah, Daisuke. Regarde, il est presque terminé.

Vénusia : Oh, c’est pas trop tôt! / Enfin !

Alcor : J’ai vraiment hâte que cet appareil soit terminé. Je serai capable de traverser l’exosphère et d’aller m’occuper sérieusement de la base que notre ami Véga a construite sur la lune noire. Je renverrai ces misérables dans les fins fonds de l’espace en deux temps trois mouvements. / Quand le Spazer spatial sera prêt, on pourra sortir hors de l’atmosphère. Il nous permettre de détruire la base de Vega sur la Lune. Et s’ils s’enfuient, on les poursuivra, jusqu’au fin fond de l’espace.

Phénicia : Alcor, tu crois que tu pourrais aussi aller sur Euphor avec Cosmorak? / Dis, Kôji, avec ce Spazer, on pourra même aller jusqu’à Fleed.

Alcor : Naturellement! Avec un engin pareil, ce sera un jeu d’enfants. / Bien entendu, avec un tel engin, ce sera un jeu d’enfant.

Actarus : Alcor, tu accompagnerais Phénicia si elle pouvait retourner sur Euphor un de ces jours? / Kôji, quand maria retournera sur Fleed, tu pourras l’accompagner ?

Alcor : Bien sûr, pourquoi? / Bien entendu !

Actarus : Merci, petit frère. / Je compte sur toi.

Alcor : De rien.

Phénicia : Quand on décide quelque chose pour moi, on pourrait peut-être me demander mon avis! / C’est vrai ça. Il faudra quand même t’inviter sur Fleed.

Alcor : Tu es trop petite pour voyager toute seule. / Ce sera un plaisir de t’y accompagner.

Actarus : Assez plaisanté. Tout le monde en patrouille! / Bon, tout le monde en patrouille !

Alcor : A tes ordres. / On y va !

***

Du haut de la passerelle, Actarus regarde son père : Père…

Procyon : Bon maintenant, vous allez vérifier sérieusement les superstructures.

***

Actarus : Phénicia! / Maria !

Phénicia : Quoi?

Vénusia: Phénicia, je t’attend là-haut! / Maria, je pars devant.

Actarus : Avoir parlé de notre planète Euphor m’a soudain fait souvenir que j’ai quelque chose à te donner. / Maria, tout ça m’a rappelé que j’avais quelque chose pour toi. Un cadeau.

Phénicia : Oui, quoi? / Ah oui ?

Actarus : Ceci! / Voilà.

Actarus donne son pendentif royal.

Phénicia : Oh, que c’est beau! Ça a été fabriqué sur Euphor? / Que c’est beau ! Ça vient de Fleed ?

Actarus : Oui et c’est pour toi. / Oui, et c’est pour toi.

Phénicia : Pour moi? Et pourquoi? Mais pourquoi me le donner? Ce pendentif t’appartient! / Pour moi ? Mais tu dois beaucoup y tenir, non ?

Actarus : Ça me fait plaisir, tiens, ah ah. / Ça me fait plaisir. Tiens.

Phénicia : Tu es gentil petit frère! / Merci, grand frère.

Actarus : Oh, il est ravissant sur toi! Beaucoup plus joli qu’il ne pourrait l’être à mon cou. / Ça te rend encore plus belle. Il te va bien mieux qu’à un garçon.

Actarus : N’oublie jamais que tu es la fille du roi d’Euphor, la princesse Phénicia d’Euphor. Si jamais un jour tu as la chance de retourner sur notre planète, je te la confie petite sœur. Phénicia, surtout prend bien soin de ce pendentif. / Tu es la fille du roi Fleed. Grace Maria Fleed. Ne l’oublie pas. Quand tu retourneras sur Fleed, fais renaître notre royaume. Je compte sur toi, Maria. A ton tour, prends-en grand soin.

Phénicia : Ah, ça je te le promets. / Merci, grand frère.

Actarus : Sois heureuse, princesse Phénicia d’Euphor. / Je compte sur toi, Grace Maria Fleed.

//Scène de la métamorphose//

Actarus : Métamorphose. / Duke Fleed.

***

Alcor : Oh, tu es en retard. / Eh ben, tu en as mis du temps !

Phénicia : Oh, j’arrive! / Désolée.

Alcor : Qu’est-ce que c’est? / Qu’est-ce donc ?

Phénicia : Oh, ça? C’est un pendentif, c’est mon frère qui me l’a donné. / Ce pendentif ? C’est mon frère qui me l’a donné.

Alcor : Actarus? Oh. / Daisuke ?

Phénicia : Alors, on y va ou pas? / Allez, il faut y aller !

Alcor : Tu pourrais me dire merci de t’avoir attendu. / T’es gonflée. Je t’attends depuis tout à l’heure.

Phénicia : Tu vas être en retard. / Je pars devant.

Alcor : Sale gamine! / Ah, je vous jure !

***

Actarus : Goldorak go!

Vénusia : Vénusiak go!

Phénicia : Fossoirak go!

Alcor : Alcorak go!

***

Alcor : Ce pendentif, je suis certain de l’avoir déjà vu quelque part, où était-ce? Ca y est, j’y suis, je me souviens, c’était un jour où Actarus avait le cafard. / Ce pendentif… « C’est mon frère qui me l’a donné. » Ce pendentif, je l’ai déjà vu quelque part. Mais quand ? Je sais ! Quand Daisuke est seul, il a toujours l’air triste. Comme cette fois-là.

***

Flashback

Alcor : Alors, petit frère! / Daisuke.

Actarus : Oh, Alcor! / Oh, Kôji.

Alcor : Qu’est-ce que tu as? Tu penses à la planète Euphor? / Tu repenses à nouveau à la planète Fleed ? Tu t’inquiètes pour ta planète, pas vrai ?

Actarus : Ouais.

Alcor : Elle te manque, hein? Oui, c’est normal, je crois que l’on pense toujours à l’endroit où on est né. Oh, qu’est-ce que c’est? / Je te comprends. C’est quand même là où tu es né. C’est quoi ?

Actarus : C’est mon père qui m’a donné ce pendentif. Le jour où j’ai réussi à m’enfuir d’Euphor. / Mon père, le roi Fleed, me l’a donné quand je me suis enfui de ma planète.

Alcor : Ah, c’est un trésor inestimable pour toi! / C’est donc un bijou de la famille royale ?

Actarus : Ce pendentif est dans notre famille depuis des générations et des générations. / Ce symbole de la royauté se transmet de génération en génération.

Alcor : Il a dit aussi que c’était le symbole de la royauté d’Euphor. Pourquoi l’a-t-il donné à Phénicia? / C’était ce pendentif. Je me souviens qu’il a parlé de symbole de la royauté. Alors pourquoi l’a-t-il remis à Maria ?

***

Actarus : Les enfants, on se dégroupe pour patrouiller. Ne faites pas d’imprudence et ouvrez bien les yeux. / Bon, on va se disperser. Aucune escadrille ennemie ne doit nous échapper.

Vénusia : Bien reçu! / Compris.

Phénicia : Bien reçu! / Compris.

Actarus : Alcor? / Kôji-kun ? Kôji-kun !

Alcor : … Euh oui, bien reçu. Pourquoi a-t-il donné le symbole de la royauté à sa soeur? / Compris. Pourquoi a-t-il remis à maria le symbole de la royauté ?

Flashback

Actarus : Alcor, est-ce que tu accompagnerais Phénicia, si elle pouvait retourner sur Euphor un de ces jours? / Kôji, quand Maria retournera sur Fleed, tu pourras l’accompagner ?

Alcor : Non! Il peut pas faire ça! / Bon sang… Il ne va quand même pas…

***

Actarus : Terre, puisse-tu rester aussi belle et paisible que tu l’es aujourd’hui. Père, merci d’avoir été un aussi bon père, d’avoir accueilli avec tant de bonté l’étranger que je suis. Le prince d’Euphor doit retourner sur Euphor. Père, pardon de te quitter de cette façon. La seule manière de prouver ma reconnaissance à la Terre est de lui offrir ma vie et de la débarrasser définitivement de Véga. / Ô Terre, puisses-tu rester pour toujours aussi belle et paisible. Père, merci du fond du cœur d’avoir considéré comme ton fils l’étranger que j’étais. Daisuke va redevenir Duke Fleed. Nous ne nous reverrons plus. Père, offrir ma vie pour sauver la Terre sera le témoignage de ma reconnaissance. Même si je dois y rester, je vaincrai le Grand Stratéguerre.

Alcor : Actarus! / Duke !

Actarus : Oh, Alcor! / Oh, Kôji !

Alcor : Actarus, Actarus où vas-tu? Je sais ce que tu veux faire! / Duke ! Duke, où vas-tu ? Où as-tu l’intention d’aller ?

Actarus : Pourquoi est-ce que tu paniques? Je vais simplement voir ce qui se passe un peu plus haut. / Qu’est-ce que tu racontes ? Je vais juste patrouiller au-delà de l’atmosphère.

Alcor : C’est faux! Tu veux aller attaquer la base de Véga tout seul! Tu as décidé de te sacrifier! / Menteur ! Tu comptes attaquer seul la base de Vega. Tu es résolu à mourir.

Actarus : Alcor… / Kôji…

Alcor : J’ai deviné ton intention. Tu n’as pas le droit de nous abandonner, petit frère. Nous avons juré de combattre ensemble pour l’amour de la Terre, petit frère. Tu te souviens? Je tiendrai mon serment. / J’ai tout compris. Et tu oses te dire notre ami ? Nous mourrons ensemble. N’a-t-on pas fait le serment de combattre pour la paix ? Alors, quand je te vois y aller seul… ça me met en rogne !

Actarus : Alcor, attends, qu’est-ce que tu espères? Tu sais que ton appareil explosera en atteignant l’exosphère! / Kôji, attends ! Que comptes-tu faire ? Si ton Spazer quitte l’atmosphère, tu voleras en éclats.

Alcor : Je refuse de te laisser mourir seul. Je ne suis pas plus brave qu’un autre mais je sais ce que c’est qu’un serment. En route, petit frère! / Je ne te laisserai pas mourir seul. Je ne vaux peut-être pas grand-chose, mais je ne suis pas homme à trahir un serment. Tu vas voir !

Actarus : Alcor, arrête! Alcor, ne fais pas l’imbécile! / Attends, Kôji ! Kôji, arrête e faire l’imbécile !

Alcor : Ca dépend de toi, tu restes avec nous? / Alors renonce à y aller seul !

Actarus : D’accord, d’accord, je reste. / D’accord. J’ai compris, alors arrête.

Alcor : J’ai gagné. / Pardon, Duke.

Actarus : Il m’a eu. / Kôji –kun.

Alcor : Actarus, quand nous attaquerons la base, ce sera ensemble. Tu m’entends ? Ensemble ! / Duke, on attaquera leur base tous ensemble. Tu m’entends ? Tous ensemble !

Actarus : Ensemble, Alcor. / D’accord Kôji.

Minas dans l’Antérak 173 passe par là et envoi un rayon de lasernium sur Alcorak qui tombe en chute libre vers la Terre.

Alcor : Aaaaaaaaaaaaaah!

Actarus : Oh Alcor! Alcor! / Kôji ! Kôji !

Minas : Attends, prince d’Euphor! / Reste là, Grendizer !

Alcor : Aaaaaaaaaaaaaah!

Minas : A nous deux Goldorak! / Tu t’enfuis, Grendizer ?

Actarus : Aaaaaaaaaaaaah! Mes yeux! Alcor! / Kôji ! Ma vue se trouble…

Chute de Goldorak vers la Terre

Actarus : Transfert! … Autolargue ! Alcor! Alcor! / Kôji ! Chute in ! Dizer go ! Kôji ! Bon sang…

Minas : Ah ah ah ah, ah ah ah ah, ah ah ah ah, voilà la chance que j’attendais depuis des années ! T’avoir en face de moi! On va voir qui est le plus fort! Bat toi! / Grendizer, nous allons enfin régler nos comptes. Viens donc te frotter à Gura-Gura ! En garde !

Actarus : Astérohache! / Double Harkin !

Minas : Ah ah ah ah, ah ah ah ah, ah ah ah ah.

Actarus : Tu vas voir! Oh, son rayon m’a presque rendu aveugle! / Enfer ! Depuis que j’ai encaissé son rayon, je ne vois plus clair.

Minas : Goldorak, tu es à ma merci! / Grendizer, fais tes prières.

Actarus : Je ne peux pas m’avouer vaincu! Je dois me battre. Il faut que j’arrive à me battre. Sinon, c’en est fini de la paix sur terre. Allez Goldorak, encore un effort! / Si je me fais battre ici, toute cette lutte aura été vaine. Je dois me relever pour protéger cette si belle planète. Pour préserver la paix sur Terre ! Debout, Grendizer ! Courage, Duke !

***

Procyon : C’est terminé! / Et voilà !

Tous les techniciens du Centre : Fantastique! / Il est prêt !

Procyon : Cosmorak est au point! / Le Cosmo Special Spazer est prêt !

Tous les techniciens du Centre : Hourra! Hourra! / On a réussi ! Hourra !

***

Minas : Tu vas mourir Prince d’Euphor! / Meurs, Grendizer !

Actarus : Aaaarrgh! Aaaarrgh! Pulvonium! Aaaarrgh! Aaaarrgh! / Hand Beam !

Minas : Meurs! Ah ah ah ah. Meurs! Meurs, prince d’Euphor! / Bon sang ! Enfer ! Meurs ! Meurs ! Meurs, Grendizer !

Actarus : Aaaarrgh! Non, tu ne m’auras pas! Je dois vaincre pour ceux que j’aime, je dois vaincre, il le faut! / Je dois protéger cette belle planète et y ramener la paix. Bon sang !

Prochain épisode : Resplendissez pour l’éternité, ô planètes sœurs !

L’heure de livrer l’ultime bataille contre les Forces de Vega est arrivée. Le Grand Stratéguerre lui-même a décollé de Skull Moon, à bord du King of Vega. On va leur montrer ce que vaut notre Cosmo Special ! Vas-y, Duke, je te couvre. Finis-en avec le Grand Stratéguerre !

Laisser un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :