Aller au contenu principal

Episode 63 : Texte VF-VOSTFR

L’ours polaire / La jeune fille disparue dans la neige

Laboratoire d’Alizée. Communication avec Vega.

Vega : Commandant Alizée ! / Capitaine Kirika !

Alizée : Oui ?

Vega : Vos expériences sont-elles terminées ? / As-tu achevé tes recherches ?

Alizée : Pour ainsi dire, oui, Grand Stratéguerre. / Bientôt, Ô Grand Vega.

Vega : Il va bientôt neiger sur la Terre. Ton frère et toi devez-vous hâter. / Il neigera bientôt sur terre. Il faut vite réussir.

Alizée : Nous ferons de notre mieux. / Je réussirai.

Vega : J’espère. / J’attends tes résultats.

Fin de la communication

Alizée : Mon cher Zéphyr, j’ai encore besoin de ton aide pour terminer le travail qui nous reste à faire. / Mon frère. Si mes recherches aboutissent, nous n’aurons pas à faire la guerre à la Terre. Aide-moi !

Flashback :

Alizée : Zéphyr ? / Mon frère.

Zéphyr : Ecoute-moi bien Alizée. Si nous parvenons à maîtriser le rayon glaciateur, nous pourrons refroidir les planètes en fusion qui tournent autour du soleil et y créé des conditions de vie comparable à celles qui règnent sur la Terre. / Kirika. Si je parviens à achever ce rayon cryogénique, nous pourrons congeler une jeune planète du système solaire qui brûle encore et la transformer en un astre pareil à la Terre.

Alizée : Tu penses que nous pourrions ainsi aller tous vivre sur une nouvelle Terre ? / On pourra alors émigrer sur cette planète.

Zéphyr : Oui, c’est exact. Mais malheureusement… / Tout à fait. Malheureusement…

Alizée : Tu ne te sens pas bien ? / Mon frère, tiens bon !

Zéphyr : Petite sœur, tu veux me faire plaisir ? / Kirika, écoute-moi.

Alizée : Oui.

Zephyr : Je vais mourir. Le Grand Stratéguerre, lui-même, reconnait que tu es une grande savante. Alors il faudra poursuivre nos recherches et les mener à bien quand je ne serais plus là. Jure-le-moi. / Tu es considérée comme le plus grand génie de Vega. Si je meurs, poursuis et mène à bien mes recherches sur les rayons cryogéniques. Tu dois réussir.

Alizée : Oui, j’en fais le serment. Pour toi, Zephyr. / Mon frère, je te le promets. Je réussirai.

Zephyr : Alizée… / Kirika.

Alizée : Oui, Zephyr ? Zephyr ! / Mon frère… Grand frère…

Fin du Flashback

Alizée : Oh Zephyr… Mon Dieu ! / Je réussirai.

L’expérience a réussi.

Alizée : Oh, j’ai réussi ! Je suis parvenue à créer le glaciateur liquide instantanée. Zephyr, tu as vu ? On a réussi ! Zephyr, tu es heureux ?/ J’ai réussi ! J’ai achevé le liquide rayonnant à congélation instantanée. J’ai réussi, mon frère. Regarde ! Tu vois, c’est la vérité.

Vega : Ce liquide est infaillible ? / Kirika, est-ce le liquide à congélation instantanée ?

Alizée : Oui. Maintenant, je vais traiter le liquide pour qu’il devienne un rayon. N’importe quelle matière pourra ainsi être glacifiée. / Oui. Si on transforme ce liquide en rayon, on pourra congeler instantanément n’importe quelle matière.

Vega : Même les métaux super résistants ? / Même les hyper-métaux ?

Alizée : Oui. Je pourrais refroidir une planète en fusion et la rendre habitable, douce et surtout fertile. / Oui. On pourra transformer de jeunes planètes en fusion en astres semblables à la Terre.

Vega : Très intéressant. Va sur la Terre et procède à d’ultimes essais. / Prodigieux. Rends-toi sur Terre pour faire des tests.

Alizée : Que j’aille sur la Terre ? / Sur Terre ?

Vega : Tu vas glacifier Goldorak et le ramener ici. / Tu vas congeler Grendizer et le ramener ici.

Alizée : Nos recherches devaient servir la paix et non la guerre. S’il vivait encore, mon frère n’accepterait jamais ! / Mais, Votre Majesté ! Ces recherches doivent servir la paix et non la guerre.

Vega : Tais-toi donc ! En éliminant Goldorak, nous servons la paix, justement. Si tu refuses, quelqu’un d’autre fera ce travail à ta place. / Silence, Kirika ! Nous n’aurons la paix qu’une fois débarrassés de Grendizer. Si tu refuses, je n’aurais qu’à confier la tâche à quelqu’un d’autre.

Alizée : Non, j’ai juré à mon frère de terminer, de tout faire par moi-même. Alors, il faut que je tienne mon serment. / J’ai une promesse à tenir. J’ai juré à mon frère de mener à bien ses recherches.

Vega : Tue le Prince d’Euphor et congèle Goldorak. Ta récompense sera de retrouver ton frère chéri. / Alors va tuer ce maudit Duke Fleed et empare-toi de Grendizer. Tu ne feras rien d’autre.

Alizée : Grand Stratéguerre, comment ? / Votre Majesté !

Vega : Vous serez réuni. / Il suffit !

Alizée : Je ferai ce que vous voudrez pourvu que je puisse retrouver mon frère. / Entendu. Je ne peux confier ces recherches à personne d’autre.

Vega : Je vais prévenir notre base sous-marine terrienne de ton arrivée. / Bien. Je contacte immédiatement notre base sous-marine sur Terre.

***

Base sous-marine

Horos : Oui, je t’écoute, Grand Stratéguerre. / Oui. Vous me demander, Votre Majesté ?

Vega : Je t’expédie le commandant Alizée. Elle arrive dans la soucoupe laboratoire. Protège son arrivée par le brouillage radar. / Je t’envoie le capitaine Kirika sur un vaisseau scientifique. Protège-la en émettant des ondes de brouillage.

Horos : Alizée ? A tes ordres, Grand Stratéguerre. / Kirika ? Bien, c’est entendu.

Une navette quitte l’eau pour envoyer des ondes dans l’atmosphère.

***

Centre

Argoli : Oh, professeur ! / Que se passe-t-il ?

Procyon : Oui ? Ah c’est curieux. M Cochyr ! / C’est étrange. Saeki !

Cochyr : Oui ? / Oui ?

Procyon : Avertissez les forces de la défense et tous les laboratoires de la planète. Qu’ils nous préviennent s’ils remarquent un détail insolite. / Dis à l’armée et aux observatoires de resserrer leur surveillance. Qu’ils nous préviennent à la moindre anomalie.

Cochyr : Oui, professeur ! / C’est compris.

***

Il neige pendant que la soucoupe d’Alizée arrive.

Alizée : Je vais tenter une expérience. / Début de l’expérience.

Le rayon glacifie poissons, végétaux et matériaux sur son passage.

***

Centre

Procyon : Si on en croit l’agence centrale de météorologie, Lacxibourg est enneigée et aurait été frappée par un gel intense en l’espace de quelques secondes. / D’après l’observatoire météorologique, une quantité anormale de neige est tombée sur Tanimamura (Note : « village dans la vallée »), et tout aurait gelé en un instant.

Patrouille : Quoi ?

Procyon : Un habitant aurait aperçu un ovni. Il y a surement un rapport entre les faits. Allez voir sur place ce qu’il en est. / En outre, un vaisseau aurait été aperçu dans les environs. Allez enquêter sur place.

Actarus : Entendu, père. Alcor, Phénicia, venez avec moi. Vous escorterez Goldorak. / Entendu. Kôji, Maria, venez avec moi.

Alcor : D’accord. / Bien.

Actarus : Et toi, Vénusia, tu restes ici et tu attends qu’on t’appelle. En route. / Hikaru, tiens-toi prête à partir à tout moment. Allons-y.

***

Dans la soucoupe d’Alizée

Alizée : Tu as vu Zephyr ? Notre rayon fonctionne à merveille. / Grand frère, l’expérience a réussi.

Vega : Alizée, voilà Goldorak. / Kirika, Grendizer est sorti.

Alizée : Je suis prête. / Compris.

***

Alcor et Actarus survolent l’endroit.

Alcor : Actarus, le village est sous les glaces. / Regardez, le village entier a gelé.

Actarus : Je vais aller voir de plus près. Reste en altitude et préviens-moi si l’ennemi se manifeste. / Ok, je descends. Restez là en soutien, au cas où un ennemi apparaît.

Alcor : Compris. Et sois prudent. / Ok. Sois prudent.

Goldorak se pose.

Actarus : Tout un village sous les glaces et presque instantanément ? C’est impossible qu’une vague de froid ne frappe qu’un endroit précis et rien d’autre. / Mais que s’est-il passé ? Tout a gelé. La glace n’a pas pu prendre que ce seul village. Bizarre.

Un tourbillon le fait tomber.

Actarus : Ça c’est curieux. Une tempête de neige qui se lève d’un seul coup. / Une tempête qui sort de nulle part ? Je ne vois rien. Je dois remonter.

***

Alcor : Actarus, je n’y vois rien. Le radar est brouillé. Reviens, je reprends de l’altitude. / On ne voit rien. Le radar ne fonctionne pas. Je reprends de l’altitude.

Phénicia : Je vais m’occuper de mon frère. / Moi, je vais chercher mon frère.

Alcor : Non, Phénicia ! Ah, cette gamine n’en fait qu’à sa tête. Elle est enragée. / Hé, Maria ! Elle n’en fait qu’à sa tête. Tant pis pour elle !

***

Phénicia : Actarus ! Réponds ! / Grand-frère ! Grand-frère !

Actarus : Phénicia ! Je suis là ! / Maria ! C’est toi, Maria ?

Phénicia : Actarus ! / Grand-frère !

Actarus : Pourquoi es-tu venue ? / Que fais-tu là ?

Phénicia : J’ai un sombre pressentiment. / J’avais un mauvais pressentiment.

Actarus : On peut savoir lequel ? / Un mauvais pressentiment ?

Phénicia : Je sens qu’un ovni est caché tout près d’ici. / Je sens qu’un vaisseau se cache par ici.

Actarus : Cette brusque tempête est anormale. Méfions-nous. / Cette tempête de neige me préoccupe. Méfie-toi !

Phénicia : Attention ! / Attention !

Un rayon tire sur lui.

Actarus : Mais qu’est-ce que c’est que ça ? / Ça, alors !

Phénicia : Ce mur de glace vient de surgir. / Un mur de glace est apparu.

Actarus : Ce rayon est suspect. / Ce rayon est suspect.

Phénicia : C’est certain que quelqu’un nous prend pour cible. Et quelqu’un qui n’est pas loin. / En tout cas, on nous visait. Quelqu’un approche.

Actarus : Oui mais où ? / Par où ?

Phénicia : Ça, je n’en sais rien du tout. Oh ! / Je ne sais pas. Là !

Actarus est devant plusieurs Alizée qui tirent sur lui.

Actarus : Ah, j’ai compris. C’est ce rayon qui a pétrifié le village dans la glace. / Je vois, ce sont ces rayons qui ont congelé le village.

Phénicia : Attention ! / Attention !

Phénicia arrive à toucher la vraie Alizée.

Actarus : C’est une fille. Elle n’est pas blessée. On dirait qu’elle a reçu un choc, une sorte d’électrochocs/ C’est une fille. Ça ira. Ton laser a touché son arme, et c’est ça qui l’a électrocutée.

Phénicia : C’est bizarre. / Ouf !

Actarus : Comment savait-elle où on était cachés ? / Mais comment as-tu vu où elle était ?

Phénicia : Ce qui est extraordinaire, c’est le pouvoir qu’elle a de se multiplier à volonté. / Quand tu as surgi de la glace, j’ai compris le phénomène.

Actarus : Oui, c’est vrai. / Je vois.

Phénicia : Que fait-on de cette fille ? / Que fait-on d’elle ?

Actarus : On l’emmène au Centre. Père la soignera. / On la ramène. Prends son arme.

Phénicia : Ouais. / OK.

***

Base sous-marine.

Minos : Alizée s’est laissé capturée. Qu’allons-nous faire Horos ? / Kirika a été capturée ! Que fait-on, Pr Zuril ?

Horos : Rien pour l’instant. Attendons la suite. Le Prince d’Euphor finira bien par agir. / Pas de souci. Observez donc. J’anéantirai Duke Fleed.

***

Infirmerie du Centre

Alizée : J’ai réussi… J’ai réussi, Zephyr. Ne me laisse pas seule. Laisse-moi te rejoindre Zephyr. Zephyr… / Grand frère… Grand frère… Je l’ai terminé. J’ai réussi. Grand frère, ne m’abandonne pas. N’abandonne pas ta Kirika. Grand frère !

Actarus : Tu récupères assez vite, on dirait. / Tu reviens enfin à toi.

Alizée : Vous êtes des terriens, n’est-ce pas ? / Vous êtes des Terriens ?

Actarus : Oui et c’est le lasernium qui a provoqué ton évanouissement. / Oui. Tu as simplement perdu conscience quand tu as été touchée.

Procyon : Mais tu as surmonté le choc. Ce révolver t’appartient, je crois. / Tout va bien, n’aie crainte. Voici l’arme que tu portais.

Alizée : Vous ne tirerez pas un mot de moi. / Je ne veux pas répondre.

Alcor : On t’a sauvé la vie. Parle-nous sous un autre ton ? Est-ce que ton ovni est encore caché près du village où tu nous as attaqués ? Réponds-moi ! Tu vas répondre ? / On t’a sauvée, t’as pas trop le choix ! Ton vaisseau est encore caché près de Tanimamura, hein ? Réponds.

Actarus : Je te demande de garder ton sang-froid, Alcor. Père, nous ne tirerons rien d’elle pour l’instant. Laissons-la d’abord se reprendre et réfléchir. / Attends, Kôji. C’est bon, laisse-moi faire. Père, on ne peut pas l’interroger maintenant. Laissons-la seule un moment.

Procyon : D’accord.

Tout le monde quitte la pièce. Actarus tend des médicaments à Alizée.

Actarus : Tiens, prends une de ces pastilles. C’est un sédatif. / Prends ceci. C’est un calmant.

Alizée : Non, je ne prendrais rien du tout. Tuez-moi tout de suite, je n’ai pas peur. / Tu n’as qu’à me tuer ! Je n’ai pas du tout peur !

Il la gifle.

Actarus : Tu vas te calmer et faire ce que je te dis. / Tu ne dois pas mépriser la vie !

Elle prend les cachets.

Actarus : Ce médicament te redonnera tes forces. Pour l’instant, essaye de te reposer et si tu as besoin de quelque chose, ma sœur prendra soin de toi. / Ça te remettra d’aplomb. Repose-toi un moment. Si tu as besoin de quelque chose, ma petite sœur t’aidera.

Alizée : NA / Ta petite sœur ?

Phénicia : Tu t’appelles Alizée, n’est-ce pas ? / Tu t’appelles Kirita, c’est ça ?

Alizée : Oui, comment est-ce que tu le sais ? / Comment le sais-tu ?

Phénicia : Tu as beaucoup parlé dans ton délire. / Tu l’as dit pendant ton sommeil.

Actarus : Phénicia, laissons-la toute seule. Viens. / Maria, allons-y.

Alizée : Ils sont bons pour des êtres d’un autre monde. Ils m’ont secourue sans hésiter. Pourtant, je dois accomplir ma mission. Ils n’ont pas remarqué que le glaciateur était commandé par ma bague. Cela me permettra de changer le Prince en poupée de glace dès que je le découvrirai. / Ce sont de bons Terriens qui m’ont sauvée. Ils m’ont protégée, mais je dois le faire. Ils n’ont pas vu que cette baugue avait un rayon cryogénique. Dès que je trouverai Duke Fleed, j’en ferai une poupée de glace.

***

Actarus et Alcor survolent la région.

Alcor : Actarus, si on retournait sur Lacxibourg ? / Duke, retournons au village de Tanimamura.

Actarus : Bonne idée. / OK.

Alcor : Il y a des rayonnements de lasernium autour de ce sommet. On y va ? / Duke, je détecte du Vegatron dans ce versant.

Actarus : D’accord. / Ok, allons voir.

Alcor : Après toi.

Actarus : Autolargue ! Pulvonium ! L’ovni d’Alizée. Je l’emmènerai bien au Centre, mais il est peut-être piégé. Je vais voir. / Dizer Go ! Hand Beam ! Trouvé ! (Alcor : Ramenons-le à la base). Il y a peut-être un dispositif d’autodestruction.

***

Base sous-marine

Minos : Le Prince d’Euphor approche de l’appareil. / Duke Fleed s’approche.

Horos : Son audace va lui coûter cher. / Il va le regretter.

***

Alcor : Tu vois quelque chose ? Oh, attention ! La porte se referme ! / Duke, ça va ? Duke ! Le sas se ferme !

Actarus : Bon sang ! Ah, je suis pris au piège. / Enfer, c’était un piège ?

***

Base sous-marine.

Minos : Bien, envoyez Golgoth 63 contre le Prince. Vas-y, anéantis-le ! / Parfait, envoyez le Végamonstre Zume-Zume ! Qu’il prenne la route secrète.

***

Alcor : Réponds ! Réponds-moi ! / Duke ! Duke, réponds-moi !

Actarus : Tout est télécommandé de l’intérieur. Je ne peux pas lutter. Je ne vois pas comment m’en sortir. / Rien à faire, c’est télécommandé de l’extérieur. Je risque de finir congelé.

Alcor : Je vais demander à Alizée d’ouvrir. / Je vais demander à Kirika de l’ouvrir

***

Vénusia et Phénicia emmènent Alizée.

Phénicia : Mon frère est enfermé dans ton ovni. / Duke a été enfermé dans ton vaisseau !

Alizée : Qui ? / Hein ?

Vénusia : C’est toi qui es responsable de tout ça. / C’était ton plan dès le départ ?

Alizée : Non ! Moi, moi je n’ai rien fait. / Pas du tout, mais…

Phénicia : De toute façon, tu viens avec nous. Et tu vas ouvrir la porte de ton ovni. / Suis-moi. Tu vas ouvrir ton vaisseau.

***

Alcor tire sur la porte.

Alcor : Rien à faire. Même si je faisais sauter l’appareil, je risquerais de tuer Actarus. Voilà les filles. / Rien à faire. Mon Cyclone Beam pourrait la détruire, mais aussi tuer Duke.

Alizée est amenée devant Alcor.

Alcor : Alizée, ouvre cette porte, et on te pardonne tout. / Kirika, ouvre vite cette porte ! Fais-le, et on te libérera.

Alizée : Rien ne dit que ça sauvera celui qui est dedans. / Très bien, mais Duke s’en sortira-t-il ?

Alcor : Quoi ? / Quoi ?

Alizée : Ecarte-toi ! / Pousse-toi.

Vénusia : Alizée, reviens ! / Kirika !

Alcor : Reste-là ! / Attends !

Actarus : Alizée ! / C’est toi ?

Alizée : Tu es le Prince d’Euphor. Tu vas mourir ! Cet anneau commande le glaciateur. Fais ta prière, Prince ! / Duke Fleed, c’est la fin. Cette bague a un rayon cryogénique. Prépare-toi.

Phénicia : Non ! Tue-moi si tu veux mais épargne mon frère. / Stop ! Pour tuer mon frère, tu devras me tuer avant.

Alizée : Ton frère ? / Ton frère ?

Phénicia : Oui, le Prince est mon frère ! / Oui, c’est mon grand frère !

Actarus : Celui qui m’a sauvée… Prince d’Euphor… / Mais alors… Duke Fleed…

Minos (en haut-parleur) : Qu’est-ce que tu attends, Commandant Alizée ? Agis, vite ! Ne t’inquiète pas. Golgoth 63 est parti à ton secours. Il arrive ! / Capitaine Kirika, que fais-tu ? Tue-le vite ! Ne t’inquiète pas, Zume-Zume arrivera bientôt pour t’aider.

Actarus tente de se relever : NA / Bon sang…

Phénicia : Qu’est-ce que tu as ? / Grand frère !

Alcor : Prince ! / Duke !

Alizée : Pas un geste ! Restez à l’écart tous les deux. Allez, écarte-toi, Phénicia. / Pas un geste ! Poussez-vous. Pousse-toi, Maria.

Phénicia : Tire si tu en as le courage. / Je ne bougerai pas.

Alizée : Je vais être obligée de vous tuer tous les deux. / Alors, vous mourrez tous les deux.

Alcor : Phénicia ! Phénicia, vous allez mourir pour rien. / Maria !

Actarus : Maria, éloigne-toi de moi.

Phénicia : Pourquoi t’acharner contre lui ? Tu ignores ce que c’est que d’avoir un frère ? / Pas question. Tire si tu l’oses.

Alizée : Qui moi ? / Quoi ?

Phénicia : Nous avons été très longtemps séparés l’un de l’autre. La division Ruine du Grand Stratéguerre a mis notre planète à feu et à sang. Ce démon a fait tuer toute notre famille. Il s’amuse à détruire l’amour qui lie frère et sœur. Il en est jaloux. Alizée ne tire pas ! Ou alors fais-le très vite que nous ne soyons pas séparés. / Pourquoi devrais-tu nous tuer ? Pourquoi voulez-vous tant nous voler notre bonheur ? Les diaboliques Forces de Vega nous ont agressés et nous ont séparés. On s’est enfin retrouvés sur cette Terre. Et vous, vous n’arrêtez pas… Jamais je ne vous laisserai tuer mon frère.

Minos (haut-parleur) : Qu’attends-tu pour obéir ? / Kirika, que fais-tu ? Tue-les vite !

Alizée : Pardonne-moi, je dois obéir. / Pardonnez-moi, Duke, Maria !

Alcor : Arrête ! / Attention !

Actarus : Attention ! / Maintenant !

Actarus se dégage, prend une stalactite qu’il lance sur la main d’Alizée. Ensuite il rejoint Goldorak pour combattre le golgoth qui est arrivé.

Actarus : Pulvonium ! / Hand Beam !

***

Dans la soucoupe laboratoire

Phénicia : Maintenant, il faut nous suivre. / Allez, viens avec moi.

Vénusia : Tu ne peux plus repartir. Dépêchons-nous. Allez, viens ! / Tu ne pourras plus rentrer chez toi. Viens vite.

En sortant, Alizée est blessée.

Phénicia : Alizée ! Je m’occupe d’elle. / Kirika, ça va ? Hikaru, je m’occupe d’elle.

Vénusia : Bien. / Entendu.

Phénicia : Tu te caches ici et surtout tu ne bouges pas. Ne t’inquiète surtout pas. Mon frère et moi reviendrons bientôt te prêter secours. / Kirika, cache-toi ici. Ne va nulle part. Mon frère et moi, on s’occupera de toi. Ne t’inquiète pas.

Alizée : Merci, Phénicia, merci. / Merci, Maria.

Phénicia : Tu me promets de ne pas bouger ? A tout à l’heure. / Reste ici, je reviendrai.

Alizée : Adieu ! Puisse le bonheur éclairé ta vie et celle de ton frère. / Maria, tâche d’être heureuse avec ton frère.

***

Retour au combat.

Actarus : Fulguropoing ! / Screw Punch !

Alcor : Mortanium ! / Cyclone Beam !

Phénicia : Missile Sygma ! / Drill Missiles !

Alcor : Bien joué ! Oh ! / Parfait.

Alcor voit la soucoupe d’Alizée s’envoler.

Alcor : Actarus, c’est Alizée ! / Duke, c’est Kirika ?

Actarus : Hein ? / Kirika ?

Alcor : Alizée ! Arrête ! Reviens ! / Tu ne dois pas y aller ! Reviens !

Alizée : Je vous demande pardon. Tout ceci me dépasse. Je ne peux pas vous aider. Je suis impuissante. Adieu, Prince. Adieu, Phénicia. Adieu, gens de la Terre qui avaient été si bons avec moi. / Pardon, tout ça est arrivé à cause de moi. Mais, maintenant, je ne peux rien pour vous. Adieu, Duke, Maria. Et vous autres Terriens qui avez été si bons avec moi.

Phénicia : Alizée, si tu rentres, Vega te tuera pour te punir. / Kirika, si tu rentres, tu vas te faire tuer !

Alizée : Je le sais, Phénicia. Je ne rentre pas sur Vega. Je vais tenter de sauver la planète en fusion et d’en faire la Terre d’amour dont j’avais rêvée avec mon frère. Je l’appellerai Zephyrée et je penserai à vous aussi longtemps que je vivrai. / Merci, Maria. Peut-être est-il déjà trop tard, mais je m’en vais quand même. Pas vers Vega, mais vers cette jeune planète. Tant que je vivrai, je mènerai mes expériences.

Elle imagine sa future planète, inconsciente qu’elle se jette sur le golgoth.

Alizée : Pardonne-moi, mon frère. Je ne pouvais laisser le glaciateur aux mains de Vega. / Tel est mon devoir de scientifique.

Phénicia : Oh, Alizée, attention ! / Attention, Kirika !

Actarus : Non ! / Oh !

Alcor : Alizée !

Alizée : Je vais créer une nouvelle planète bleue. Je la dédierai à la planète Terre. / Est-ce que je me rapproche de la planète en fusion ?

Phénicia : Alizée, attention au Golgoth ! Alizée ! Alizée ! Oh mon Dieu ! / Kirika, tu te trompes ! Kirika ! Kirika ! Kirika !

La soucoupe d’Alizée explose.

Actarus : Toi, tu vas me payer la mort d’Alizée ! / Misère… Comment ont-ils osé faire ça ? Tu vas me le payer.

Alcor : Missiles Alpha ! / Double Missiles !

Vénusia : Missiles Omega ! / Marine Missiles !

Actarus : Astérohaches ! Rétrolaser ! Rétrolaser ! Hélicopunch ! / Double Harkin ! Storm antigravité ! Storm antigravité ! Screw Punch !

Explosion du golgoth.

Phénicia : Alizée, reviens à toi. Oh, Alizée ! / Kirika, tiens bon ! Kirika !

Alizée : Je vais mourir, victime de ma propre invention. L’ours polaire s’est vengé de l’apprentie sorcière que je suis. / C’est pitoyable. Je me suis fait abattre par le rayon que j’ai inventé. Je suis la dernière des scientifiques.

Phénicia : Alizée ! / Kirika !

Alizée : Grâce à votre tendresse, je pars heureuse et je vous en remercie. J’ai l’impression d’avancer sur le chemin qui me conduit vers mon frère chéri. / Maria, merci d’avoir été si bonne envers moi. Ce n’est pas grave. Je n’ai pas pu réaliser mon expérience, mais je vais retrouver mon frère.

Phénicia : Tu as un frère toi aussi ? / Ton frère ?

Alizée : Oui. Il est mort, et je vais le rejoindre. Phénicia, je te souhaite de garder le tien le plus longtemps possible. / Oui, j’avais un fantastique grand frère. Maria, tâche de rester heureuse avec ton frère, pour l’éternité.

Phénicia : Alizée ! Alizée ! / Kirika ! Kirika !

Ils l’enterrent au somment de la montagne.

Chanson finale

Aux confins du ciel orangé, une étoile s’illumine. Sa tendresse allume une flamme dans mon cœur. Les yeux embués de larmes, qui peut-il bien contempler ? J’ignore même le nom de cette fleur sauvage. Mais je l’embrasse et je célèbre demain en chantant. Pour que ces jours d’espérance durent et durent encore durent éternellement.

Ecrit sur la pierre tombale : Ici repose Kirika, une amie de la Terre.

***

Prochain épisode : Cinq minutes avant l’anéantissement de Tôkyô.

Un Vegamonstre armé d’une bombe à Vegatron a surgi dans Tôkyô. Gandal réclame Grendizer en échange de l’arrêt de la bombe. Bien sûr, nous refusons, mais il ne reste que cinq minutes. Il faut empêcher la destruction de Tôkyô. Duke Fleed, y a-t-il un moyen d’arrêter cette bombe ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :