Aller au contenu principal

Episode 60 : Texte VF-VOSTFR

Les rats / Ce soir, à 19h, la tour de Tôkyô explosera !

Centre

Procyon : Comment ? La flottille des navettes a brusquement disparu au-dessus de la baie de Lumiville ? Ce qui tenterait à prouver qu’une base sous-marine a été aménagée dans le secteur. Peut-être que Vega a-t-il choisi cet endroit comme point de départ d’invasion. / Quoi ? La formation ennemie a disparue de la baie de Tôkyô ? La base des Forces de Vega doit se trouver près du littoral japonais. Ils veulent faire de ce pays la tête de pont de leur invasion.

Alcor : Surement. Et protéger cette région, c’est protéger la vie et la liberté de toute la planète. Ça me donne du cœur à l’ouvrage. A toi aussi, n’est-ce pas Phénicia ? / Ça veut dire que défendre le Japon, c’est défendre la Terre entière. Ça me motive comme jamais. Pas toi, Maria ?

Phénicia : Tu parles ! / Oui, moi aussi.

Actarus : Père, tu ne trouves pas curieux que des navettes apparaissent sans être suivi de l’arrivée d’un golgoth ? Je parie que ce n’est ni l’effet d’un hasard ni l’effet d’un oubli. / Père, je trouve étrange qu’une escadrille apparaisse sans Végamonstre. Il s’agissait peut-être d’une manœuvre avant une opération.

Alcor : Il n’y a pas que toi. Je vais aller faire une petite patrouille. / Compris, je vais partir en reconnaissance.

Phénicia : Alcor, je t’escorte avec Vénusiak. / OK ! Je t’accompagne.

***

Alcor : Alcorak, go ! / Double Spazer, go !

Phénicia : Vénusiak, go ! Alcor., je sous-marine pour voir si tout est calme. / Marine Spazer, go ! Kôji, je vais explorer les fonds marins.

Alcor : Entendu, de mon côté je vais surveiller les iles et la côte. / Moi, je vais survoler les îles. Ouvre bien l’œil.

Phénicia : A toute à l’heure. / Fais-moi confiance !

***

Phénicia dans l’eau.

Phénicia : Ecoute Alcor. / Dis-moi, Kôji.

Alcor : Je t’écoute. / Quoi ?

Phénicia : On me traite souvent comme une enfant. C’est vrai non ? / Au fond, tu me traites comme une enfant.

Alcor : Je ne crois pas que Vénusia te traite comme une enfant. Plutôt comme une sœur et elle prend soin de toi. / Non, je ne crois pas te traiter comme une enfant. Mais tu restes la sœur de Daisuke…

Phénicia : Oh, je ne pensais pas à Vénusia en te disant cela. Je pensais à toi. Tu te moques de moi continuellement. / Kôji, je n’ai pas parlé de mon frère. Je dis que tu me traites comme une enfant.

Alcor : Je ne le fais pas méchamment. Je n’oublie pas que tu appartiens à la patrouille des aigles. / Maria, tu es une adulte. Tu fais partie intégrante de notre équipe.

Phénicia : Merci Alcor. C’est gentil. / Merci, Kôji.

Alcor : Eh, Phénicia. J’en ai assez que tu m’appelles Alcor tout court. / Au fait, Maria, tu veux bien arrêter de me donner du « Kôji »

Phénicia : Ah bon ? / Pourquoi ?

Alcor : Tu pourrais dire Alcor chérie / J’aimerais bien un peu de respect.

Phénicia : Ah et pourquoi pas al mon amour pourquoi aussi mon Alcor adoré. / Hein ? Mais pour moi, tu restes « Kôji ». Je serais incapable de t’appeler autrement.

Alcor : Je ne te le fais pas dire. / Tu exagères.

Phénicia : Ah c’est bien ça. Je t’appellerai Cher Alcor tandis que toi tu m’appelleras Phénicia tout court. Est-ce que tu me prends pour une idiote, Alcor ? / Je veux bien faire un effort. A condition que tu m’appelles « ma petite Maria ». Allez, dis-le une fois.

Alcor : Exactement, poison tout court. / C’est bon, oublie.

***

Phénicia survole un cratère mais n’aperçoit la soucoupe amirale.

Horos : Le ravitailleur sous-marin est prêt à l’appareillage. Dès cet instant, l’opération « Rats » est commencée. Compris ? Vous savez ce que vous avez à faire. Que chacun regagne son poste. Poste de pilotage, en avant toute. / A tout l’équipage du Vaisseau-mère. Lancez les préparatifs de l’opération Rats Explosifs. Que chacun rejoigne son poste. Détachement du module !

Soldat : A tes ordres, Général. Général, nous arrivons en vue de notre destination. / Détachement ! Nous arriverons bientôt dans la baie de Tôkyô.

Horos : Bien, maintenez le cap et tenez-vous prêt. / Très bien. Maintenez le cap.

La ville est en feu. Alcorak vole au-dessus. Des antennes sortent de terre

Soldat : Général Horos, est-ce que tout va bien ? / Pr Zuril, ça va vraiment marcher ?

Horos : Question superflue. Le matériel est au point. Dans quelques instants, nous absorberons et aveuglerons les radars. / Ne t’inquiète pas, ça a déjà été testé. La fréquence est si faible que l’ennemi ne la détectera pas.

Soldat : Bien Général. / Bien.

Horos : Attention, vous y êtes ? Parer à envoyer ? / Emission d’ondes alpha !

Soldat : Parer à envoyer ? / A vos ordres !

Horos : Envoyer. / Emission !

***

Centre

Procyon: Oui Alcor ? / Kôji ?

Alcor : Rien à signaler sur la baie de Lumiville. Ni sur la côte. Je vais élargir mon cercle. / Rien à signaler près de la zone côtière. Je vais élargir mon périmètre de recherche.

Phénicia : Ici, Phénicia, rien d’anormal en profondeur. Je continue le quadrillage des fonds. / Rien à signaler non plus dans les fonds marins. Je poursuis mes recherches.

Actarus : Si vous trouvez quelque chose, prévenez tout de suite. / Contacte-nous s’il y a quoi que ce soit.

Phénicia : Bien reçu mon commandant. / Bien reçu !

Phénicia et Alcor continuent la patrouille.

***

Des rats se dirigent vers deux antennes sorties de Terre.

Soldat : Général Horos, on dirait qu’ils font des recherches. / Pr Zuril, on en a rassemblé un grand nombre.

Horos : Notre appareil est équipé pour contre attaquer. Faites surface et envoyer les betas pour brouiller les alphas. / Que le vaisseau remonte à la surface et émettre des ondes bêta. Calez-vous sur nos ondes alpha.

Un rocher sort de l’eau et une antenne apparaît au sommet. Les rats agglutinés près des antennes terrestres se dirigent vers la base en mer. Pendant ce temps, un appareil creuse la terre en sous-sol.

Soldat : Général Horos, nous arrivons. / Pr Zuril, nous sommes au point cible.

Horos : Parfait. Approchez-vous à vitesse réduite. / Bien. Remontez lentement à la surface.

Soldat : A tes ordres. / Entendu !

Horos est métamorphosé en humain et s’approche de la tour Tôkyô. Il tire pour accrocher des minis bombes. Il fait la même chose à la gare. Les rats continuent à se regrouper. Le rocher s’enfonce dans l’eau.

***

Très beau lever de soleil.

Alcor : Encore une nuit blanche pour rien. Alcor appelle. Je n’ai toujours rien noté d’anormal. Et toi, Phénicia ? / Le jour se lève déjà ? Ici, Kôji. Rien à signaler dans les airs. Et de ton côté, Maria ?

Phénicia : Ici Phénicia. Pour l’instant, la baie et les eaux sont ultra calmes. Rapport terminé. / Ici, Maria. Rien à signaler autour de la baie de Tôkyô. Rien de plus.

Alcor : Bien reçu. Opère ton émergation. / Ok. Remonte à la surface.

Phénicia : Entendu, cher Alcor. / Entendu, Kôji.

Alcor : Aussi rusés que soient les hommes de Vega, ils n’ont rien pu faire sans qu’on le voit. / Même les Forces de Vega ne peuvent rien si on monte la garde toute la nuit.

Phénicia : Ce n’est pas parce qu’il ne s’est rien passé cette nuit que nous devons relâcher la surveillance pour autant. / Kôji, ce n’est pas parce qu’il ne s’est rien passé une nuit qu’on peut baisser la garde.

Alcor : Exact. Tu es d’une résistance peu commune. / Tiens, tu es vraiment de bonne humeur, Maria.

Phénicia : C’est normal puisque tu as reconnu toi-même que j’étais un membre de la patrouille des aigles. / Evidemment. Parce que je suis un membre à part entière du Centre Spatial.

Alcor : Ça, dès qu’on lui chatouille l’orgueil, elle est capable de tout. / Eh ben, il suffit de la flatter un peu pour qu’elle ne se sente plus.

Phénicia : Hein ? Qu’est-ce que tu marmonnes ? / Hein ? Tu as dit quelque chose, Kôji ?

Alcor : Rien du tout. Nous reprendrons la surveillance la nuit prochaine. On rentre et on s’accorde un peu de repos. / Rien du tout. On ressortira cette nuit monter la garde. Il faut vite rentrer nous reposer.

Phénicia : Avec plaisir. / Oui.

***

L’engin d’Horos rentre dans le rocher.

Horos : Alors, vous avez terminé la phase n° 1 ? / Les préparatifs avancent ?

Scientifique : C’est fait, général Horos. On a placé sur les rats des corsets au lasernium. Si vous voulez jeter un coup d’œil. / Oui, on a injecté à tous les rats du liquide explosif végatronique. Observez l’expérience.

Horos : Oui, j’aimerais bien voir le résultat. / Montrez –moi les résultats.

Scientifique : Tout de suite. Je le téléguide par pulsions subsoniques. J’estime que les ravages seront plus meurtriers qu’aux essais. Le rat se précipite dans le faisceau, il est comme aspiré par l’émetteur. Qu’en dites-vous général ? / Bien. Ils sont deux fois plus puissants que lors des tests précédents. Et maintenant, j’active l’émetteur d’ultrasons. Le rat court tout de suite vers la source des ultrasons. Qu’en pensez-vous ?

Les rats sont nommés Végamonstre nezu-nezu.

Horos : Un seul rat possède un grand pouvoir. Si 10 mille ou 100 mille rats se trouvaient réunis, ils pourraient détruire Lumiville sans que nous explosions un seul golgoth. Notre invasion de rats serait indétectable alors que l’approche d’un golgoth l’est toujours. Fantastique ! / Un seul rat fait beaucoup de dégâts. Avec des centaines de milliers de rats, la ville de Tôkyô sera détruite sans pouvoir opposer de résistance. L’opération Rats Explosifs me permettra de conquérir la capitale du Japon.

***

Chambre d’Alcor.

Phénicia : Alcor ! Alcor, réveille-toi. / Kôji ! Kôji ! On a un problème ! Réveille-toi !

Alcor : Ah, j’ai sommeil. Fiche-moi la paix. / Moins fort. Laisse-moi dormir encore un peu.

Phénicia : Alcor, il faut que tu te lèves tout de suite. Il se passe des choses bizarres. Debout ! / Réveille-toi, j’ai dit ! on a un grave problème !

Alcor : Laisse-les donc se passer. Laisse-moi dormir encore cinq minutes ou dix minutes. / Je suis sûr que ce n’est rien. Laisse-moi encore dix minutes. Même cinq minutes, ça ira.

Phénicia : Bon alors les grands moyens. / Allez !

Elle retire le drap et tombe au sol. Alcor est en petite tenue.

Phénicia : Pardon !

Alcor : Oh mais. Va-t-en !

***

Salle de repos.

Alcor : Mais qu’est-ce qu’il y a ? / Désolé pour le retard…

Message d’Horos à la TV : Je répète, ce soir à 19h précises, la tour de Lumiville sautera. Une demi-heure plus tard, ce sera la gare centrale Jusqu’à ce que vous vous soyez pliés à nos desiderata, ces explosions se succéderont et votre métropole deviendra un tas de ruines. Livrez-nous vos armements et rendez-vous. D’une manière ou d’une autre, nous vous écraserons. / Je répète. Ce soir à 19h, nos forces armées feront sauter la tour de Tôkyô. Et une demi-heure plus tard, ce sera la gare de Tôkyô. Tant que vous ne vous plierez pas à nos conditions, nous procéderons à l’anéantissement de la ville. Nous n’avons qu’une exigence : déposez les armes et capitulez sans conditions. Les Forces de Vega occuperont Tôkyô.

Présentateur du JT : Notre programme a été interrompu par une radio pirate mais nos émissions reprennent. Aussitôt que nous avons été avertis, les forces de défense ont fouillé la tour de Lumiville. Jusqu’à maintenant, aucun engin n’a été détecté. / Malgré le piratage de nos transmissions, nous allons poursuivre notre journal. La tour de Tôkyô a été fouillée après la première transmission pirate, mais aucun explosif n’a été découvert.

Actarus : Ce n’est pas une manœuvre d’intimidation. Qu’aucun explosif n’est pu être repéré fait probablement parti d’un plan machiavélique. Père, la patrouille devrait sortir immédiatement. / Ce n’est pas qu’une simple menace. S’il n’y a pas d’explosirs, c’est qu’ils vont tenter une offensive. Père, nous allons immédiatement nous déployer.

Procyon : Oui, j’allais vous le demander. / Très bien.

Alcor : Maria, on y va

Actarus : Allons-y. Goldorak go ! / Grendizer, go !

Vénusia : Vénusiak, go ! / Marine Spazer, go !

Phénicia : Fossoirak, go ! / Drill Spazer, go !

Alcor : Alcorak, go ! / Double Spazer, go !

Actarus : On prend la tour comme centre et on patrouille sur 4 portions de cercle. Je prends le secteur au-dessus de la mer. / Séparez-vous en trois au niveau de la tour et observez la zone. Moi, je survolerai la mer.

Patrouille : Entendu. / Entendu !

***

Base marine

Horos : Cette exploration systématique est inutile. Notre offensive va être menée par des soldats insoupçonnables. Même si quelques-uns sont tués, les autres atteindront leur but sans difficulté. Même Goldorak restera impuissant devant cette innovation. Attention, le début de l’offensive doit commencer à 18 heures. Tenez-vous prêt. Le pulseur supersonique conduira les rats vers leur point de départ. / Toute cette surveillance ne servira à rien. Ce sont des milliers de rats que nous ferons exploser. Vous pourriez même en éliminer une partie qu’il en resterait toujours assez pour faire sauter nos cibles. Même Grendizer ne pourra rien faire. Nous allons mettre en position les rats à destination de la tour de Tôkyô. La première étape de l’opération commence à 18h.

***

Actarus : Apparemment, tout est calme. Comment comptent-ils attaquer cette fois ? / Je ne vois rien d’anormal. Comment comptent-ils faire sauter la tour ?

***

Les rats envahissent la ville.

Actarus : L’heure annoncée sonnera dans ¼ d’heure. La population a été évacuée. Rien à craindre. Remettez-vous tous en formation. / Il est 18h45. Les gens près de la tour ont été évacués. Rejoignons-nous. On va empêcher que la tour explose.

Phénicia : Compris. / Bien reçu !

Procyon : Encore 8 minutes. Il faut que vous trouviez. / Encore huit minutes. Duke Fleed.

Phénicia : Heure H moins 3 minutes. / Kôji, plus que trois minutes.

Alcor : Bon sang, d’où va partir leur attaque ? Je n’en ai pas l’ombre d’une idée. / Bon sang, mais par où vont-ils attaquer ? Je ne vois rien nulle part.

Vénusia : Actarus, qu’est-ce qu’on fait ? / Duke, que fait-on ?

Actarus : Je me le demande. Si ça saute, faudra savoir comment ! Ne serait-ce que pour arrêter l’offensive sur la gare centrale. / Si la tour explose, il faudra trouver la source. Ils ont annoncé une deuxième explosion. Il faudra la déjouer.

Phénicia : Une minute. / Plus qu’une minute !

Actarus : Les filles ! Inspectez le secteur sud de la Tour. Attention au souffle de l’explosion. / Regardez encore une fois les alentours, mais prenez garde à l’explosion.

Filles : Soit tranquille. / Bien reçu !

Alcor : Phénicia, n’approche pas trop près. / Maria, ne t’approche pas trop !

Phénicia : Je sais ce que je fais. Je pilote aussi bien que toi. / Ça ira, fais confiance à mes talents de pilote.

Explosion de la tour.

***

Centre

Argoli : Oh non, vous avez vu ça ? / Professeur !

Procyon : Oui. Ce n’est pas une bombe à retardement. Les artificiers l’auraient découverte. / C’était une bombe à retardement ? Non, c’est impossible.

Antarès : Et pourtant la tour a sauté comme ils l’avaient annoncé. / Mais vous avez bien vu l’explosion.

***

La blessure d’Actarus se réveille.

Actarus : La douleur de mon bras se réveille. Il y a des émanations de lasernium. C’est donc un explosif au lasernium qui a soufflé la tour. / Il y a un rayonnement végatronien. Il n’y avait pas d’explosifs dans la tour. Comment ont-ils envoyé leurs explosifs végatroniques ?

Vénusia : Qu’est-ce que tu as ? / Duke, qu’est-ce qu’il y a ?

Actarus : Rien, rien. Tout va bien. As-tu remarqué quelque chose d’insolite ? / Rien, ça va. Vous n’avez rien vu durant l’explosion ?

Vénusia : Absolument rien. / Rien du tout.

Alcor : Je n’ai rien vu non plus. / Je n’ai rien vu non plus.

Phénicia : Eh, moi j’ai vu des tas de rats. / Moi, j’ai vu des rats.

Alcor : Des rats ? / Des rats ?

Phénicia : Oui, j’ai crié quand j’ai vu des rats escaladés la tour. / Oui, beaucoup de rats étaient en train de grimper sur la tour.

Alcor : Tu parles, tu as failli nous casser les oreilles, oui. / Alors tu as crié parce que tu as vu des rats ?

Phénicia : Ah, ce n’est pas ma faute, si je ne peux pas supporter les rats. / Mais je déteste les rats !

Actarus : Ça y est, j’ai compris. Ce sont les rats. / J’ai compris ! Ce sont les rats !

Alcor : Comment ? Mais tu délires ou quoi ? / Quel est le rapport avec les rats ?

Actarus : Quand la division ruine a attaqué Euphor, les animaux étaient atomisés au lasernium. Ils étaient dirigés par pulseurs subsoniques et explosaient dès qu’ils avaient atteint la cible prévue. Il faut trouver les rats avant qu’ils n’arrivent à la gare centrale. Nous avons une demi-heure devant nous. / Quand les Forces de Vega ont envahi Fleed, ils ont injecté du Vegatron à des animaux qu’ils ont ensuite guidés avec des ultrasons. Ces rats ont fait sauter la tour. Il faut trouver les rats qui se dirigent vers la gare de Tôkyô. On n’a que 30 minutes, vite !

Alcor : Actarus, les bêtes sont trop petites pour être vues d’ici. / Duke, ils sont trop petites, on le les trouvera pas de si haut.

Actarus : Ah oui, mais que proposes-tu ? / Mais on n’a aucun autre moyen.

Alcor : Oh ! D’où vient cette explosion ? Les voilà. Je les ai localisés. / D’où venait cette explosion ? Les rats ! Je les ai trouvés !

Actarus : Tu es sûr ? / Hé ?

Vénusia : Regardez, ils sont là. Il faut arrêter leur progression. / Ils sont là-bas ! Duke, il faut les stopper !

Alcor : Si on les descend un par un, on n’a pas fini. En plus, c’est dangereux de les attaquer si le moindre choc les fait exploser. / On n’aura jamais le temps de tous les tuer. Et le moindre choc les ferait sauter. C’est trop dangereux.

Vénusia : Tu veux laisser faire sans intervenir ! / Alors, on ne peut rien faire ?

Actarus : Non, pas question. On a un moyen de les maitriser. On doit pouvoir couper leur longueur d’onde. Mais cela comporte le risque de laisser les rats se disperser et exploser en ville, n’importe où. / Si, il y a un moyen. Ce sont les ultrasons qui les téléguident. Il faut les brouiller. Mais on risque de disperser ces explosifs sur pattes dans tout Tôkyô.

Alcor : Actarus, regarde l’heure. / Duke !

Procyon : Actarus. / Duke Fleed.

Actarus : Oui, père. / Père ?

Procyon : Il existe une solution mais elle est dangereuse. / C’est risqué, mais il y a un moyen.

Actarus : Lequel ?

Procyon : Coupez leur onde téléguideuse par un émetteur de craquage, ensuite aveuglez-les avec vos projecteurs super-ioniques. Mais attendez qu’ils soient tous regroupés. La lumière les attirera comme des papillons. En vous déplaçant lentement, vous les conduirez loin de la ville. / Quand les rats atteindront leur cible, on brouillera les ultrasons et on les aveuglera avec de puissants flashs. Alors, ils courront pour chercher de la lumière. On les guidera en lieu sûr pour les éliminer.

Actarus : On joue les joueurs de flûte. / Entendu, on va essayer.

Procyon : Ne perdez pas une seconde, sinon les explosions détruiront non seulement la gare mais la ville toute entière. Faites vite les enfants. / Une seule erreur de timing, et c’est toute la ville de Tôkyô qui sera touchée. Je prie pour votre réussite.

Actarus : D’accord. Vénusia, libère tes ondes de craquage quand je t’en donnerai le signal. / Bien ! Hikaru, à mon signal, tu brouilleras les ultrasons.

Vénusia : Compris. / Bien reçu !

Actarus : Alcor et Phénicia, vous aveuglerez les rats avec vos projecteurs super-ioniques. Pigés ? / Kôji et Maria, déclenchez vos flashs juste après et aveuglez les rats.

Alcor : Pigé ! / Bien reçu.

Actarus : Moi, je me charge du reste. / Moi, je les guiderai.

Phénicia : Alcor ! / Kôji.

Alcor : Tu as l’air d’avoir la trouille. / C’est quoi, cette voix pleurnicharde ?

Phénicia : Je ne pourrais jamais. / Je ne pourrai pas le faire.

Alcor : Hein ?

Phénicia : Appelle ça de l’enfantillage si tu veux mais je sens que je vais m’évanouir devant toutes ces sales bêtes. / Traite-moi d’enfant si tu veux, mais je vais m’évanouir si je vois autant de rats.

Alcor : Alors, laisse-les-moi. Décidément, il faut que je fasse tout. / Laisse-moi m’en charger ! Je ferai aussi ta part du boulot.

Actarus : Alcor, paré ? / Kôji, on y va !

Alcor : Paré. J’attends ton feu vert. / On va se débarrasser de tous ces rats.

Vénusia : Vénusiak, paré. / En position.

Alcor : Alcorak, paré. / En position !

Actarus : Envoyez le craquage. / Active le brouillage.

Vénusia : C’est parti. / Activation !

Alcor : Super iodes branchés. Parfait, ça marche à merveille. Quand dis-tu Phénicia ? / Obus aveuglants, feu ! Parfait, ça a marché. Alors, Maria ?

Phénicia : Oh, rien. J’ai le cœur au bord des lèvres. / Ne me dis rien, j’en ai des sueurs froides !

Procyon : Tout va bien, Actarus, mais reste vigilant jusqu’à la dernière seconde. / Ça a fonctionné, Duke Fleed. Mais reste vigilant jusqu’au bout.

Actarus : Ne t’inquiète pas. Je largue mes bloqueurs d’ondes. / Oui. Tenez-vous prêts. On y va.

Alcor : Je leur assène le coup de grâce. / Et la touche finale…

Phénicia : Non, Alcor. Laisse-moi faire ! / Kôji, laisse-moi faire !

Alcor : Tu es réveillée ? / Hein ?

Phénicia : Missiles sygma ! / Drill Missiles !

***

Horos : Ah non. Ce Goldorak. / Maudit Grendizer !

***

Phénicia : Alors, Alcor. Les ai-je bien descendus ? / Que dis-tu de ma dextérité, Kôji ?

Alcor : On a fait tout le travail. C’était trop facile. / Peuh, rien du tout ! T’as juste fait la belle à la fin.

Phénicia : Les petites difficultés sont souvent plus difficiles à surmonter que les grands problèmes. / Kôji, si ce que je dis suffit à t’énerver, tu es encore un enfant.

Alcor : Ah, excuses fallacieuses. / Pense ce que tu veux.

Phénicia : Oh Alcor. Ne te fâche pas. La prochaine fois, je te laisserai faire, je te le promets. / Kôji ! attends-moi ! Kôji !

***

Prochain épisode : Opération commando suicide.

Les hommes de Zuril tentent de détruire le Centre Spatial. Torpilles, Végamonstres…, nous sommes assaillis de toute part. Un cyborg ayant pris l’apparence de Danbei s’infiltre même parmi nous pour tuer le Pr Umon. Duke, attention ! Le professeur et le Centre sont en danger.

 

Laisser un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :