Aller au contenu principal

Episode 5 : Texte VF-VOSTFR

AUJOURD’HUI GOLDORAK DANS :

LE TRAQUENARD DE LA MORT / Amour Flambloyant au soleil couchant

(le premier des épisodes dessinés par Shingo Araki)

PART I

La soucoupe-amirale revient de la Terre et se dirige vers le Camp de la Lune Noire.

Hydargos se rend chez Minos.

Notez les différences par rapport à la représentation du Camp de la Lune Noire dans l’épisode précédent!

Minos: Inutile de saluer. Fais-moi ton rapport, Hydargos. / Epargne-moi tes saluation, Blakki. Fais-moi ton rapport.

Hydargos: Bien. Regarde ça. / Bien. Regardez ceci.

Minos: Seigneur, qu’est-ce que c’est? / Qu’est-ce donc ?

Ecran titre

Hydargos: Si j’en crois nos éclaireurs, c’est l’endroit idéal pour une invasion de la Terre. Qu’est-ce que tu en dis? / Ce bassin serait idéal pour faire décoller et atterrir nos soucoupes.

Minos: Hydargos, cela ressemble à un vieux terrain d’aviation. / Blakki, ce ne seraient pas des avions ?

Hydargos: Oui. Il va y avoir un concours dans quelques temps et cette vieille base sert de terrain d’entraînement permanent. / Tout à fait. Une compétition va avoir lieu, et les pilotes s’entraînent depuis quelques jours.

Minos: Ha ha ha ! Si j’ai bien compris, cela nous permettra de prendre des otages. / Nous allons les prendre en otage, Blakki.

Hydargos: Moui. / entendu !

Minos: Tu es sûr qu’Actarus ne pourra pas intervenir, Hydargos? / Même Duke Fleed ne pourra rien faire.

Hydargos: mmh, dès que cette base sera entre nos mains, personne n’y pourra rien, nous serons maîtres de la situation. / Bientôt, la Terre sera notre nouvelle base avancée.

Minos: Hydargos, je compte sur toi pour assurer le succès des troupes de Véga. / Blakki, jusqu’au dernier moment, ne relâche pas ta vigilance.

Hydargos: Entendu. (idem)

* * *

De nuit, au centre. La Lune est rouge. Musique ‘dramatique’. Actarus est seul sur la piste d’atterrissage de l’OVT, il observe la lune rouge. Arrivée de Procyon.

Actarus: Regarde, père. La Lune est encore rouge. / Père, la Lune est de nouveau rouge.

Procyon: (sur un ton de reproche) Actarus. / Daisuke

Actarus : Je ne supporte plus que ma présence sur Terre cause du tort à des innocents.

Procyon : Pourquoi t’inquiéter de cette façon? Tu passes la plupart de tes nuits à observer cet astre mort. Si ces monstres ont décidé de nous attaquer une nouvelle fois, ce n’est pas en te faisant du mauvais sang que tu parviendras à protéger la Terre. / Mais n’agis pas à la va-vite, Daisuke. Ton départ ne suffira pas à régler entièrement ce problème.

Actarus: Je sais. / Mais …

NB : le dialogue est très différent. Quand Actarus parle, on le voit de dos. Dans la VF, ils ont fait parler Procyon à la place.

On revoit des images de la destruction d’Euphor, reprises du numéro 2.

Actarus tourne le dos à Procyon.

Procyon: Actarus… aussi longtemps que les armées de Véga existeront, tu sais que nous ne serons pas en sécurité. Ce qu’il faut, c’est éviter que ne se reproduise ici la même tragédie que sur Euphor. / Daisuke, tant que les Forces de Vega existeront, la Terre sera en danger. C’est dur, je sais, mais la tragédie de Fleed ne doit pas se reproduire.

Bruit de la bataille en arrière fond.

* * *

La Lune rouge est remplacée par un soleil éclatant, devant lequel passe un petit avion.

Alcor (en costume de pilote, son casque sous le bras): Ho! (l’avion pique et le frôle) Hh! Toi, tu vas avoir de mes nouvelles! / Saligaud ! Tu me paieras, n° 3 !

* * *

Un cheval galope. IL tire un charriot style far-west..

Banta (tient les rênes): Ya! Yeh! Yaa! Ya! Yaaaa! / Hue, plus vite !

Mizar (il mange, dans le charriot): Mmmh. Qu’est ce que je m’régale. / RAS

Vénusia: Hahaha! Arrête! Tu vas t’étouffer! (un choc) Haa! / Attends qu’on soit arrivés pour manger.

Mizar: Ho! Mmh.

Le gâteau de riz que mangeait Mizar finit dans la bouche de sa soeur.

* * *

Plan sur le terrain d’aviation et les avions qui décollent. La carriole de Banta arrive sur les lieux. Tous trois en descendent.

Banta: Ya ya / Hue, Allez, hue !

Mizar: Hoo.

Banta: Hé hé, j’vois pas notre bon ami Alcor. / Où est ce satané Kôji ?

Vénusia: Ah, tiens, le voilà, la-bas. / Il est là-bas !

Alcor se dirige vers son avion.

Mizar: Hé ben dis donc, il a pas l’air très content, on dirait. / Tiens ! il a l’air fâché.

Banta: Je comprendrai jamais pourquoi ce garçon a toujours les nerfs à fleur de peau. Hé! Hééé! Salut Alcor. Où tu vas comme ça? / Ca ne lui ressemble pas, il doit y avoir un truc. Oye, oye, Corniaud Volant, calme-toi donc !

Alcor: Occupe-toi de tes affaires. Si tu viens me chercher des noises, ça va barder. / Quoi, le Bariolé ? T’es venu ici pour m’énerver encore plus ?

Banta: Haa. Toi je te conseille de pas trop m’échauffer les oreilles. / Répète un peu ? Tu sais bien qu’il ne faut pas me provoquer !

Vénusia: Allez, ça suffit, tous les deux. Vous n’allez pas recommencer à vous bagarrer, non? / Vous deux, ça suffit ! Banta, tu n’es pas venu pour te battre.

Mizar: Sinon, moi, je vais vous corriger. / On est venus l’encourager.

Banta: Ho ho ho ho! Après tout, ils ont raison. Bonne chance, vieux. / Eh eh, c’est vrai. Fais de ton mieux, Corniaud Volant !

Alcor: Vous pouvez être tranquilles, je vais aller leur montrer ce que je sais faire. / Evidemment ! Pas question de me faire battre !

***

Rigel chevauche en rêvant qu’il est au Far-West. Il arrive au centre.

Procyon: N’allez pas plus loin! / Danbei, laissez votre cheval ici.

Riguel: Hahaaa (il tombe de son cheval devant le centre).

Procyon: Ha ha ha! Excuse-moi, Riguel. Je t’ai vu arriver, j’ai voulu m’amuser un peu. / Excusez-moi. Grâce à un moniteur, je vous vois de la salle d’observation.

Le cheval de Rigel lui remet son chapeau avec sollicitude :-).

Riguel: Mmrrr! Procyon, à votre âge, vous n’avez pas honte de vous amuser à me faire peur, espèce de vieux débris? Mm! / C’est pas gentil, professeur. J’aurais honte que les enfants me voient comme ça.

Procyon: Ne vous fâchez pas, on va s’occuper de votre cheval. Allez! Prenez l’escalier roulant et venez nous rejoindre, Riguel… / Un de nos employés s’occupera de votre cheval. Empruntez directement l’ascenseur.

Procyon : Qu’est-ce que tu as, Actarus? / Alors, Daisuke ?

Actarus : Oh, je n’en sais rien, mais je ne suis pas tranquille. Regarde… / Père, quelque chose me préoccupe.

Procyon : Mmh ?

Riguel : Oooh, tout est calme dans le secteur. Vous êtes toujours en train de vous exciter pour des broutilles. Détendez-vous, professeur. / Ce silence est étouffant. C’est glacial, ici. Rien à voir avec mon ranch.

Procyon : Bonjour, Rigel, je suis heureux de vous voir. Qu’est-ce qui nous vaut l’honneur de votre visite ? / Bonjour Danbei. Vous vous êtes décidés à venir ici.

Riguel : eh euh, les enfants sont partis avec Alcor pour ce fameux meeting d’aviation, alors, je suis venu voir si vous attendiez des extra-terrestres! / En fait, les enfants sont partis encourager Kôji à cette compétition aérienne. J’en profite pour venir vous voir.

Procyon : ahahah. Très bien. Installez-vous et faites comme chez vous. / Je vois. Restez tant qu’il vous plaira.

Riguel : Ooh, Actarus ! Tu es là aussi, mais si tu m’avais dit que tu venais, je t’aurais amené avec ma carriole, mais dis donc, qu’est-ce que tu regardes? Ouh, on aurait p’t’être la visite des extra-terrestres, allez, laisse-moi j’ter un p’tit coup d’oeil, hahaha / Tiens, tu es aussi venu, Daisuke ? On aurait pu faire le trajet ensemble. C’est pas très sympa. Qu’est-ce que tu regardes comme ça ? Laisse-moi regarder. Montre voir.

Actarus : Oh!

Riguel : Aah! / Je peux ?

Actarus : Quel sacré culot! / L’ancien.

Riguel : Ahahahahaaaah! / Montrez-vous. Allez, montrez-vous.

Actarus : Père, il y a un brouillage qui nous empêche de voir. Et ça n’a aucun rapport avec les interférences solaires habituelles. / Père, j’ai détecté une perturbation électromagnétique sans lien avec les tâches solaires.

Procyon : Qu’est-ce que tu en déduis? / Comment ?

Actarus : eh bien… je pense que nos radars vont être réduits au silence si ça continue comme ça. / A ce rythme, le radar cessera bientôt de fonctionner.

Procyon : j’espère que ce n’est pas une autre astuce des troupes de Véga. / Oh non, ce ne serait pas une opération des Forces de Vega ?

Riguel (devant l’écran où on voit la soucoupe-amiral): Hourra! Une soucoupe volante! Ils viennent nous dire bonjour. Hourra. Regardez ça. Des hommes de l’espace arrivent! / Ca y est ! Les voilà ! Des soucoupes volantes ! Ils arrivent ! Regardez !

Actarus : Argoli! Essaie de contacter Alcor immédiatement! / Hayashi, pouvez-vous contacter Kôji ?

Argoli : oui oui. Tout de suite. / Bien !

Riguel : Mais non, Acturuus (sic) ce n’est pas la peine, Alcor participe au meeting. Il ne nous entendra pas. Par contre, je peux entrer en contact avec eux. Allo ? Allo allo, ici Rigel. Rigel appelle soucoupe, répondez-moi. Je suis le président du Comité d’accueil. Nous sommes des amis, et nous sommes très très heureux de vous recevoir. / Daisuke, t’es pas sympa ! Kôji est à sa compétition aérienne. Je peux très bien contacter la soucoupe. This is the Danbei. A l’équipe de la soucoupe… Mot de passe : amitié. Welcome, come on !

Argoli : Alcor ? M’entendez-vous ? Rentrez immédiatement! / Kôji, réponds-nous ! Kôji-kun !

Alcor : Ici Alcor, qu’est-ce qui se passe ? / Oui, ici, Kabuto.

Actarus : Alcor, reviens au Centre tout de suite! Abandonne le meeting. / Kôji-kun, abandonne la compétition et reviens immédiatement.

Alcor : Dis donc, tu rigoles ? Ça va commencer! Qu’est-ce qui vous arrive? / C’est une blague ? Ça va commencer. Qu’est-ce qui se passe ?

Actarus : quelque chose d’important. On va avoir besoin de toi, ici! / Un événement inquiétant. Renonce à la compétition.

Voix off (tour de contrôle) : numéro 21, veuillez-vous présenter au départ… / N° 21, préparez-vous à décoller.

Alcor : Actarus, tu m’entends ? ON vient de me donner l’ordre de décoller. A tout de suite, vieux frère. / Tu as entendu, Daisuke ? C’est le signal de départ. Attendz-moi, je reviens vite.

Actarus : Allo, Alcor ? ALCOR!! / Eh, Kôji-kun, Kôji-kun

Alcor : Excuse-moi, mon vieux, mais je ne peux pas abandonner le meeting. Bon j’y vais. / C’est dur de s’arrêter sur sa lancée. Désolé, Daisuke-san ! C’est parti !

Banta : Allez, vas-y Alcor, fonce dedans! / Bon courage, Corniaud Volant !

Mizar et Vénusia : Vas-y, Alcor! / Bon courage ! Allez !

Alcor : Allo, la tour ? Je décolle! / Bien, je décolle.

Banta, Mizar et Vénusia : Hourra, vas-y! Hourra! Vas-y Alcor! Vas-y! / Super ! Vas-y, Corniaud Volant !

Alcor : Vous allez voir c’que vous allez voir! Je vais vous montrer un sacré spectacle! Attention. C’est parti! / J’espère que vous avez le coeur bien accroché. Je vais vous faire une démonstration. Arrêt moteur. Et tonneau !

L’avion pique sur la carriole.

Banta : ahouou, au secours! / Aie aie.

Mizar et Vénusia : oohhh

Alcor : Reprise !

Tous (culbutés dans la carriole): aaaaaaaaaaaaaaaah

Banta : Hourraaa, vas-y Alcor, fonce! Foormidable, vas-y… Aah! Aille (il passe à travers la toile du chariot). / Super ! Bravo ! Il a réussi ! Aah, aille

Mizar et Vénusia : Ouuuh

Alcor : Et maintenant, en feuille morte! / Descente en feuille morte !

Banta : Attention, le revoilà! Ooooooh. Eeeh ? / Il remet ça ! Au secours !

* * *

Au Centre. La soucoupe-amiral et les navettes sur le scope.

R : Professeur, si on essayait de resserrer l’image ? / Professeur, agrandissez encore l’image.

Procyon tourne les boutons du radar.

NB : on voit les manches de son costume bleu marine alors qu’il était en blouse blanche précédemment : image reprise du 1.

R : regardez-ça! Haaaa, hahaha Il y a des quantités de soucoupes, oh mais … Mais pourquoi est-ce qu’ils s’en vont ? Professeur, ces extra-terrestres ont répondu à mon appel. IL faut les faire revenir immédiatement. Ne les laissez pas partir, professeur, je vous en prie, je vous en prie. / ah ah ah, Il y a tout plein de soucoupes. Hein, quoi ? Que se passe-t-il ? Que se passe-t-il, professeur ? Toutes ces soucoupes avaient répondu à mon appel ! L’écran est en panne, ou quoi ? Hein, professeur ?

Argoli : Professeur, il n’y a plus de contact avec la base où a lieu le meeting! / Professeur, on a perdu le contact avec l’aéroport.

P : Qu’est-ce que vous dites ? / Quoi ?

R : aaah, et moi on ne m’explique jamais rien, moi, oh ce que c’est vexant! / Qu’est-ce que ça veut dire ?

* * *

Banta : Arrête, j’ai envie de vivre encore un peu. Aaaaah / Encore ? Personne ne peut supporter ça, bon sang !

NB : visez la couleur du pantalon d’Alcor.

Alcor : Et vous n’avez encore rien vu! Oh! Une soucoupe! Alcor appelle le Centre. Alcor appelle le Centre. Tour de contrôle! Tour de contrôle! Bon sang, qu’est-ce qui se passe? Oh! / Bon, je finis sur une figure complexe ! Oh ! Un mini-FO ! Centre spatial ! Tour de contrôle ! Qu’est-ce quii se passe ? Oh !

On lui tire dessus. Le moteur prend feu. L’hélice s’arrête. Il part en chute libre.

Banta : Aaouh

V et M : aaaaaaaaaaaaaaaah

la foule : ouh la la oh ohohoh ouh lalala

Banta : Alcor, redresse-toi! / Ben, qu’est-ce qui t’arrive ?

Vénusia et Mizar : Remonte, Alcor ! Attention! Remonte!! / Kôji-kun ! Kôji-san !

Alcor : je vais mourir grillé! / Pas question de mourir ici !

Banta : Alcor, redresse! / Kôji, ne meurs pas !

La foule : attention, oh aah

Tout le monde se sauve, l’avion s’écrase et brûle.

B, V et M : Aaaaaaaaaaaaaaaah, Oooooooooooh

* * *

Les pompiers arrivent. Banta court vers l’avion d’Alcor.

Banta : Aaah, Alcor! J’arrive! Ne respire plus, j’arrive! Aaah. Oh, Alcor. Aaah (il reçoit les jets d’eau des pompiers et crie) Aaaaaaaaaaaaaaaah! Allez, sors de là. / Kôji ! Accroche-toi ! Ne meurs pas ! Kôji ! (Alcor se redresse) Idiots, à quoi vous jouez ?

Alcor : Tiens Banta ? Qu’est-ce que tu fais là ? C’est gentil d’être venu me chercher. / Le Bariolé, t’es bien gentil. Tu viens me sauver ? Désolé, mais je vais bien.

Banta : Eh t’sais, je suis, je suis venu recueillir ton dernier soupir. Aaah / Peuh, je suis juste venu te voir mourir !

Vénusia et Mizar : oooh Alcor ! / Kôji-kun !

Banta : allez, relève-toi / RAS

Vénusia et Mizar (soulagés): ahahahahaaaah. / Quel soulagement !

Mizar : Voilà des soucoupes! / Des soucoupes !

Alcor (tout de suite réveillé): Ou çà ?! Vite! Courez! / Quoi ? Sauvez-vous tous !

Banta : qu’est-ce qui nous veulent ? / Attendez !

Les navettes tirent.

Les 4 qui se sauvent: aaaaaaaaaaaaaaaah oooooooooooh ouh làla / Par ici !

Les navettes se posent et encerclent la foule.

Alcor : Oh! Par là! Courez! / Enfer !

Les 3 autres : oh

Banta : C’est la fin.

Alcor : mais qu’est … mais qu’est-ce que c’est ? / RAS

Foule : aaaaaaaaaaaaaaaah oooooooooooh

Les navettes occupent le terrain.

Vénusia, Banta , Mizar : oooouuuuuh

Banta : ouh, mon dieu

Vénusia et Mizar : aaaaaaaaaaaaaaaah

Banta (il s’esbigne courageusement à quatre pattes): oooooooooooh, tiens des barbelés? Qu’est-ce qu’ils font là? Aaaaaaaaaaaaaaaah! (il s’évanouit) / A quoi tu joues ? Fiche-moi la paix. Aah, je vois plein d’étoiles.

* * *

Au Centre. On voit trois navettes sur l’écran

Argoli : Professeur, regardez le scope ! / La perturbation a pris fin !

Rigel : aaaaaaaaaaaaaaaah / Quoi ?

Procyon : c’est l’armée de Véga. / Des soucoupes volantes.

Argoli : Professeur, il y a une énorme soucoupe qui se dirige vers la base où avait lieu le meeting. / Des objets volants ressemblant à des soucoupes foncent vers l’aéroport.

Actarus : Ah, c’est ce que je craignais et c’est bien pour ça que je voulais qu’Alcor vienne nous rejoindre ici. / Je lui avais dit de rentrer, mais il ne m’a pas écouté.

Rigel : alors, professeur, qu’est-ce qui se passe ? Vous pourriez tout de même me tenir un petit peu au courant! / Professeur, que se passe-t-il ? Que se passe-t-il à l’aérodrome de Suzukigahara ?

Procyon : la base où avait lieu le meeting vient d’être occupée par des extraterrestres. / Des extraterrestres malfaisants en ont peut-être pris le contrôle.

Rigel : eh bien, nous allons les accueillir, avec tous les honneurs. / Malfaisants ? Pas des extraterrestres, voyons !

Procyon : Rigel! Ce n’est plus le moment de plaisanter. Ces gens sont des monstres. Ils sont venus avec la ferme intention de tout détruire. / Dan-san, contrairement à ce que vous pensez, il n’y a pas que de gentils extraterrestres. Certains sont diaboliques et cruels.

Rigel : Est-ce que vous vous rendez comptez que mes enfants sont là-bas ? Et Banta ? Et Alcor ? / Attendez, pas si vite. Hikaru est allée à l’aéroport Suzukigahara.

Procyon : J’ai peur que nous ne puissions rien faire pour eux. / Banta, Gorô et Kôji aussi.

Rigel: Oh… Actarus, tu ne peux rien faire toi non plus ? Actarus, tu peux sûrement sauver mes enfants ? Hein ?! (pas de réaction) Grrrr, rrrrah, eh bien j’irai moi-même ! Baaanzaaaï. / On ne peut rien faire, Daisuke ? Va sauver Hikaru et les enfant, Daisuke. S’il te plait. Alors, j’y vais ! J’y vais

Procyon : Danbei !

Il sort en courant, saute sur son cheval, passe outre et se casse la figure.

Rigel : oye oye oeye oeye / En route !

* * *

Actarus prend un air décidé.

Procyon : Actarus! / Daisuke.

Actarus : je dois les sauver, père! / J’y vais.

Procyon : Actarus, fais attention à ce que tu vas faire! / Daisuke, ne te précipite pas.

Actarus : je n’ai pas le droit de les laisser aux mains de Véga. Je dois les sauver, même au prix de ma vie. / Même si je dois mourir, je veux au moins minimiser le nombre de victimes.

Procyon : Actarus! / Daisuke.

Actarus : métamorphose. Goldorak, Go! / Duke Fleed ! Grendizer, go !

Procyon (le regardant décoller) : Dieu te garde… / Daisuke.

* * *

Hydargos : Grand Stratéguerre, j’ai enfin réussi à mater les terriens. Nous vous attendons pour conquérir cette maudite planète. / Majesté, notre attaque surprise est une réussite. Nous lançons l’invasion de la Terre avec le Vaisseau-mère.

Voix off : Général Hydargos, Goldorak vient de prendre son vol. / Commandant Blakki, Grendizer se dirige vers l’aéroport.

Hydargos : Goldorak! Nous allons enfin pouvoir nous débarasser de lui définitivement, il a eu tort de sortir de son trou. Lancez immédiatement Golgoth 3. / Comment ? Ne craignez rien. Ce ne sera qu’une cible de plus. Et la meilleure qui soit. Envoyez le Monstronef Dom-Dom !

* * *

Banta : Alcor, tu crois que ça va durer longtemps leur numéro ? / Et zut, on ne va rien faire, Kôji ?

Alcor : tais-toi, gros lard, reste tranquille et surveille-les. / Tais-toi. Si tu ouvrais un peu les yeux ?

Banta: J’ai pas d’ordre à recevoir de toi. Grrr / Tu ne manques pas d’air. Tu penses qu’on a une chance ?

Il reçoit un coup sur la tête de la part d’un soldat.

Vénusia : Banta ! (idem)

Alcor : sauvages! / Ordures !

Banta : aaah, quelles brutes. / Désolé.

Alcor : Ah! Goldorak! / Oh, Grendizer  !

Vénusia : Attention! Voilà une autre soucoupe qui arrive. / Voilà une autre soucoupe, Kôji !

Banta : Qu’est-ce que j’ai fait au ciel ? / On est fichu.

* * *

Le combat s’engage.

Actarus : Planitronk! (et de une) Mégavolts. (et deux en moins) Missiles Gamma! Opto-fisseur! / Spin saucer ! Melt Shower ! Spin drill ! Dizer Beam !

Hydargos : Actarus, rends-toi ! Si tu refuses, nous les tuerons tous. / Duke Fleed, ne t’emballe pas. Regarde en bas. Veux-tu qu’ils meurent ?

Actarus : grand dieu! / Quoi ?

* * *

Au sol

Banta : Alcor qu’est-ce qui se passe ? Ils sont tous malades ? Ils se battent entre eux maintenant. / Kôji, tu m’expliques ce qui se passe ? Ils ne s’entretuaient pas ?

Alcor : Tais-toi, reste tranquille. / Ecoute, prépare-toi à fuir.

* * *

Goldorak se pose. Golgoth aussi.

Hydargos : ahahahahaaaah! Je ne suis pas mécontent de t’avoir pris! / eh eh eh eh. Même toi, tu ne peux rien faire.

Actarus : Tu n’es qu’un larbin, Hydargos! / C‘est lâche, Blakki.

Hydargos : Au nom de Véga, le Grand Stratéguerre des Galaxies, je te somme de te rendre, Actarus. Alors ? Que vas-tu faire ? Vas-tu oser me défier ? / Pour la gloire de Vega, je suis capable de tout. Que vas-tu faire, Duke Fleed ? Veux-tu continuer à te battre ?

Actarus : MMMh. TU as gagné, Hydargos. Je vais me rendre. Mais libère d’abord tout le monde. / Je n’ai pas le choix. Je ferai ce que tu voudras. En échange, libère-les.

Hydargos : Il n’en est pas question! Aragne, enchaîne-le. / C’est d’accord. Dom-Dom, emmène-le sur la planète Vega.

Le golgoth se déploie et entoure Goldorak de chaînes.

Hydargos : Ha ha ha ha ha, Actarus, tu vas accompagner Goldorak en enfer! Vous allez être détruits ensemble. Ha ha ha hahahaaaai / Eh eh eh eh, Duke Fleed, pour ton voyage en enfer, je t’offre Grendize comme cercueil. Bien sûr, je tuerai les otages.

Actarus : Hydargos, tu me déçois! / Misérable, tu m’as menti.

Hydargos : Ha ha ha ha ha ha!

Le golgoth emporte Goldorak sous les yeux des otages et des soldats de Véga.

Alcor : Oh!

Soldat de Véga: HHH! Ooh! Ouh!

Alcor entame le combat contre les soldats et s’empare d’une arme qu’il file à Banta

Banta : OUI! Bien joué! Allez! / Bien joué, Corniaud Volant !

Alcor : Banta! Va libérez les autres! / Banta, mets tout le monde à l’abri !

Banta : Oui! / RAS

Alcor en se battant contre les soldats : Ah!

Alcor monte dans une navette et attaque et détruit celles qui restaient sur le terrain.

Alcor : Feu !

* * *

Actarus (sans doute par télépathie car il est déjà au-dessus des nuages): Alcor! Il va se faire tuer! Il faut que j’essaie d’aller lui donner un coup de main! Transfert! Optofisseur! Météopunch! (Goldorak se dégage de ses chaînes) Arrimage! Fulguropoing! Dégagement! (ils tombent à terre ensemble) Fulguropoing! Corno…Ah! (Goldorak est jeté à terre et à nouveau pris dans les chaînes) Rétrolazer! Clavico-gyres! Astéro-hache! (c’est le coup final et l’exploision) Arrimage! Ovostable! (cette séquence d’images est intégralement reprise du 1) / Je n’y tiens plus. Kôji-kun, je ne te laisserai pas mourir. J’arrive ! Chute in ! Dizer Beam ! Dizer go ! Spazer Cross ! Screw crusher ! Spacer cross ! Screw crusher ! Space Thun… Storm Antigravité. Shoulder boomerang ! Double piton ! Spacer cross ! Chute out !

* * *

Soldat de Véga : qu’est-ce qu’on fait, général ? / Commandant Blakki, que fait-on ?

Hydargos : Nous avons perdu quatre navettes et Aragne; c’est assez. Nous retournons tout droit au Camp de la Lune Noire. Préparez-vous. / On vient de perdre nos mini-FO et un monstronef. Tant pis, replions-nous sur la base de Skull Moon.

Autre Soldat : Général, il y a encore une navette au sol pilotée par l’ami d’Actarus. / Commandant, il reste le Mini-FO piloté par ce gamin.

Hydargos : Il ne faut pas qu’il s’en sorte. Faites exploser la navette. / Bien, fais tout sauter avec le système d’autodestruction.

Soldat : A vos ordres.

* * *

Banta : Alcor, j’aimerais tellement conduire une petite soucoupe, laisse-moi piloter! / Allez, s’il te plait, laisse-moi le piloter juste une fois.

Alcor : Ca, jamais! Ah! / C’est non.

Banta: Aah!

Vénusia et Mizar : elle explose! / Attention !

La navette va exploser. Alcor plonge et sauve la vie de Banta.

* * *

Retour d’Actarus au Centre.

Procyon : Actarus. / Daisuke.

Actarus : Père, ne t’inquiète pas. Tout le monde est sain et sauf. / Tout le monde va bien.

Rigel (se réveille) : Hein ? Mes enfants sont sauvés ? Actarus, je suis trrrès déçu par ta conduite. Je te l’ai demandé gentiment et tu n’as pas levé le petit doigt, c’est indigne d’un garçon, mais… mais… mais qui les a sauvé ? C’est sûrement Alcor, car LUI, c’est un homme! / Quoi ? Hikaru va bien ? Daisuke, j’ai eu beau te supplier, tu n’as rien fait. Tu m’as beaucoup déçu. Je t’en veux. Je voulais faire quoi, moi, déjà ?

Il sort. Actarus et Procyon rient. Dehors, le charriot arrive.

Rigel : Hourra, Alcor, dans mes bras! Tu t’es conduit comme un héros, ahahahah. / Kôji, bien joué ! Tu es fantastique, Kôji !

Alcor (tout rose) : Ahah, mais non, non. / Mais non… Ce n’est rien.

Rigel (continuant son chemin) : ah, si si si si si, hahaha Mes enfants! (il les prend dans ses bras) /

Vénusia : aah!

Mizar : aaah!

Rigel : mes enfants, que je suis heureux! / Dieu merci, j’étais si inquiet.

Vénusia et Mizar : oh, nous aussi, mais lâche-nous, papa ! / Papa, lâche-moi ! C’est embarrassant !

Rigel : ah, Vénusia! / Allons !

Vénusia : Pas devant les autres ! Je ne pourrai plus me marier ! Arrête !

Vénusia et Mizar ont du mal à échapper aux baisers de leur père. Ils finissent par tomber tous trois, et se mettent à rire. Alcor et Banta se sourient. Même les chevaux se font des bisous.

Rigel : ah, ce que c’est bon de vous revoir! / Ah ah ah

Actarus : cette joie fait plaisir à voir, père. / C’est beau, la famille.

Procyon : Oui, mais je trouve que Rigel en fait un peu trop… (il s’éloigne) Actarus, moi aussi je suis heureux de te revoir. Si tu n’étais pas revenu, je n’aurais plus rien eu à faire sur cette terre. Quoi qu’il puisse arriver, je veux que tu saches … combien je t’aime. / Oui, mais Danbei exagère un peu. Daisuke. Tant que la flamme de l’amour brûlera en toi, tu auras ta place sur Terre, et tu seras des nôtres, comme au sein d’une vraie famille.

As (surpris): Moi aussi… / Oui

Puis il se détourne vers le soleil couchant.

FIN

***

Episode suivant : Une âme de combattant

A Tokyo, le car touristique de nos amis a été aspiré à l’intérieur d’un Monstronef. Je suis parti les secourir mais mon T-FO a aussi été aspiré. C’est vraiment pitoyable ! Bien que conscient du piège, Duke Fleed est venu nous sauver au péril de sa vie !

Laisser un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :