Aller au contenu principal

Episode 49 : Texte VF-VOSTFR

La dernière survivante / J’ai vu mon frère dans le soleil couchant !

Au camp de la lune noir, une explosion a lieu dans un entrepôt.

Minos : Qu’est-ce qui se passe ? / Que se passe-t-il ?

Soldat : Le hangar d’Antérak 149 a explosé au moment du chargement des piles / On équipait le Monstronef de bombes végatroniques, mais elles ont explosé.

Minos : Comment ? / Quoi ?

L’antérak sort du feu

Minos : Extraordinaire ! L’antérak n’a même pas été égratigné par l’explosion. C’est incroyable ! / Oh, malgré l’explosion des bombes végatroniques, Deki-Deki est indemne.

L’antérak quitte la lune.

Minos : Reviens Antérak 149 ! Tu dois attendre les ordres. La mission n’est pas encore commencée. Reviens ! Retour immédiat ! / Reviens, Monstronef Deki-Deki ! C’est trop tôt. On ne ta pas attribué de mission. Reviens !

Horos : Il est déconnecté. / Il est hors de contrôle.

Minos : Vous dites ? / Quoi ?

Horos : Ses circuits ont été surchargés par l’explosion et ont dû être endommagé. / L’explosion a dû perturber ses circuits.

Minos : Alors, que pouvons-nous faire, commandant ? / Qu’allons-nous faire, prof Zuril ?

Horos : Son électro programme a été perturbé. Espérons que ses mémoires ne sont pas atteintes et qu’il accomplira la mission programmée. / Il est incontrôlable, il n’y a plus rien à faire, sinon espérer qu’il ira semer la panique sur Terre.

***

Au centre.

Argoli : Un ovni vient de pénétrer dans l’atmosphère. / Un Monstronef a pénétré dans l’atmosphère.

Procyon : Sa vitesse est anormale. Il faut que Goldorak décolle immédiatement. / Il est incroyablement rapide. Grendizer, intervention !

***

Scène de la métamorphose. Départ par la route n° 7 : Paré pour le décollage. / Stand-by, ok.

Procyon : Route n° 7, ouvrez les sas. / Route n° 7. Ouverture.

Actarus : Goldorak, go ! / Grendizer, go !

Procyon : Actarus, l’ovni se dirige vers la mer d’écumes à la vitesse de mag30 / Duke Fleed, le Monstronef descend vers la mer du Japon.

Actarus : Bien reçu. J’y vais. / Bien compris, j’y vais.

L’antérak plonge dans l’eau puis ressort et détruit une ville.

Procyon : Actarus, c’est un antérak. Il vient d’attaquer Ecumeville. / Duke Fleed, le Monstronef s’attaque à une petite ville du littoral.

Actarus : Quel est l’intérêt stratégique d’Ecumeville ? / Quel peut être leur objectif ?

Procyon : Aucun. C’est une petite ville calme et paisible dont les habitants vivent de la pêche. / Je l’ignore. C’est une ville paisible sans rien qui puisse les intéresser.

Actarus : Une ville paisible ? Je me demande ce que signifie sa destruction. / C’était une petite ville tranquille. Qu’ont-ils donc en tête ?

Procyon : L’antérak bifurque vers les hauts plateaux de la Cordillère. / Le Monstronef se dirige vers les Alpes japonaises.

Actarus : J’y fonce. / Compris

***

Sur une route de campagne, des jeunes font une course à moto.

Phénicia : You ouh.

Gars : Phénicia, attends-nous. Ne vas pas si vite. / Au secours !

Ils tombent et Phénicia se moque d’eux.

Phénicia : Ah, c’est encore moi qui ai gagné. / J’ai encore gagné.

Gars : Ah tu gagnes toujours. On arrivera jamais à être aussi forts que toi. Je vais finir par y renoncer. Ah, je n’en peux plus. / Oui, on a perdu. Des fois, tu pourrais nous laisser gagner. T’es trop forte pour nous. On arrête là. J’en ai marre.

L’antérak passe au-dessus d’eux.

Gars : Qu’est-ce que c’est ? D’où peut bien venir cet engin ? / C’était quoi, cet engin ?

L’antérak se dirige dans une forêt. Il détruit une maison. Un morceau de bois frappe l’arrière du crâne d’un vieil homme.

Actarus : Ah, le voilà. / Ah, le voilà.

Grand-père : Oh, Goldorak ! / Grendizer !

Phénicia arrive en moto : Grand-père ! Grand-père ! Pourquoi as-tu crié ? Grand-père, qu’est-ce qu’il y a ? / Grand-père, tu n’as rien ? Grand-père, accroche-toi !

Grand-père : C’est… c’est… Goldorak. / Grendizer…

Phénicia : Hein ?

Grand-père : C’est lui, c’est lui qui a attaqué Euphor. / Le dieu protecteur de la planète Fleed.

Phénicia : Qu’est-ce qu’Euphor, Grand-père ? Et qu’est-ce que c’est que cette étrange machine dont tu parles ? Je ne comprends rien. / De quoi parles-tu ? Grendizer ? La planète Fleed ?

Grand-père : Phénicia. / Maria…

Phénicia : Ne bouge pas. Je vais te ramener à la maison et bien te soigner, Grand-père. / Grand-père, tiens bon ! Grand-père !

***

Goldorak continue de poursuivre l’antérak.

***

Grand-père : Phénicia ! / Maria

Phénicia : Ne t’inquiète pas Grand-père, je vais rester auprès de toi. Je ferais tout ce que tu voudras. Je ne te quitterai plus. Et si tu veux, je renoncerai même à faire de la moto. Sois tranquille. / Pardon, Grand-père. Je t’avais laissé tout seul. Je ne ferai plus de moto. Je t’obéirai, et je serai très sage.

Grand-père : Tout ce que je souhaitais, c’était de t’élever comme une enfant normale. / J’ai essayé de t’éduquer comme une jeune fille ordinaire.

Phénicia : Mais je suis très heureuse auprès de toi. / Je te promets que je serai sage.

Grand-père : Mais il y a le sang, l’hérédité. / On ne peut pas lutter contre son propre sang.

Phénicia : Mais… Je ne comprends pas. Non, ne bouge pas, tu dois te reposer. / Que veux-tu dire ? Non, tu dois rester couché !

Grand-père : Je n’ai plus le temps, je dois te parler. Il faut que tu saches. Mon enfant, je ne suis pas ton Grand-père. / Je dois tout te dire. Oui, le moment est venu. Tu n’es pas ma petite-fille.

Phénicia : Quoi ? Qu’est-ce que tu racontes ? / Grand-père.

Grand-père : Phénicia, tu n’es pas née sur cette planète. / Tu n’es pas non plus de cette planète.

Phénicia : Tu devrais te recoucher Grand-père, c’est la fièvre qui te fait délirer. / Qu’est-ce que tu racontes ? Reprends-toi, Grand-père !

Gp : Ton pendentif est la preuve de ce que je dis. La preuve que tu es la fille du roi d’Euphor et de la reine Astrida. / Ce pendentif en est la preuve. Tu es la fille du roi de la planète Fleed.

Phénicia : Le roi d’Euphor ? / La planète Fleed ?

Grand-père : Oui. Euphor se trouve près de la Croix du sud. Nous y étions tous heureux. Le bonheur et la paix y régnaient. C’était un paradis. Et un jour la division ruine des forces de Vega débarquait pour nous asservir. Elle a tout massacré. Ils ont tué le roi, la reine, le prince ton frère. Dieu merci, toi et moi n’étions pas au palais. J’ai réussi à te prendre à bord d’une des navettes royales et à te soustraire à la bestialité de nos envahisseurs. C’est ainsi que nous avons pu gagner la planète bleue. / C’était une magnifique planète située bien loin de la Terre. La nature y resplendissait, et nous vivions en paix. Mais un jour, elle fut attaquée par les Forces de Vega. Ils mirent Fleed à feu et à sang. Le roi… la reine… et même le prince Duke Fleed… Ils ont tous péri. J’ai pris avec moi la princesse, désormais orpheline, et nous avons réussi à nous échapper de cet enfer. Nous nous sommes ensuite réfugiés sur cette planète.

Phénicia : Alors, je suis la princesse d’Euphor ? / Je suis la princesse de Fleed ?

Grand-père : Oui, tu es sa Grâce, Phénicia d’Euphor. / Oui. Grace Maria Fleed.

Phénicia : Sa Grâce, Phénicia d’Euphor… Sa Grâce, Phénicia d’Euphor… et toute ma famille a été massacrée. / Grace Maria Fleed ? Donc mon père, ma mère… et mon frère sont morts ?

***

C’est la nuit. Goldorak poursuit toujours l’antérak.

Actarus : Planitrons ! Missiles Gama ! Cornofulgure ! / Spin Saucer ! Spin Drill ! Space Thunder !

Il est touché. Sa blessure se réveille

Actarus : Ma blessure se réveille. Je dois être dans un champ de force radioactive. / Enfer, le Vegatron réveille ma vieille blessure.

Il s’écrase et il s’évanouit.

***

Minos : C’est le moment ou jamais de se débarrasser de Goldorak. Antérak 149, détruit Goldorak. / C’est maintenant ou jamais. Pulvérise Grendizer ! Que fais-tu ? Ecrase-le !

Horos : Il ne vous entend pas. Ses circuits sont hors d’usage. / Il est complètement hors de contrôle.

Minos : Décidément, nous jouons vraiment de mal chance / Il était à deux doigts de le détruire.

***

Alcor et Vénusia prennent leurs appareils et partent à la recherche d’Actarus.

// Go, go, Kôji.

Une fois que tu es déterminé, rien ne t’arrête.

Tu es le cheval fougueux de l’espace.

Avec la force de ta jeunesse, tu pars à l’assaut.

Nous comptons sur toi, Kôji.

La fougue est dans ton sang…

***

Phénicia : Grand-père, pourquoi m’as-tu révélé que j’étais la princesse d’Euphor ? Je veux savoir pourquoi. / Mais pourquoi me révéler maintenant que je suis la princesse de Fleed ?

Grand-père : Parce que j’ai revu Goldorak. / J’ai vu Grendizer.

Phénicia : Et tu crois qu’il est venu pour ravager la Terre ? / Grendizer ? Cette soucoupe volante ?

Grand-père : Oui, j’en suis à peu près certain. Va prévenir le professeur Procyon; il doit encore travailler pour la défense nationale. / Ce n’est pas une simple soucoupe. C’est Grendizer, le robot spatial. Le dieu protecteur de Fleed.

Phénicia : Est-ce que tu lui as révélé mon existence ? / Le dieu protecteur de Fleed ?

Grand-père : Non, l’anonymat était notre seule sauvegarde. Je dois aussi te dire que ton sang comme celui de toute ta famille royale a des propriétés diamagnétiques et que nos observatoires communiquaient par les ondes avec le professeur dont je viens de te parler. C’est lui qu’il faut contacter. / Notre peuple a été entièrement décimé. L’homme qui se trouve à bord de Grendizer ne peut être qu’un des sbires de Vega qui a ravagé notre planète. Princesse, vous devez reprendre Grendizer à ces monstres.

Phénicia : Mais je risque d’être prise pour une espionne. Au Centre, ils ne connaissent pas le pendentif. / Je veux bien, mais… je ne sais même pas où il est.

Grand-père : Le pendentif prouvera scientifiquement qui tu es. / Fiez-vous à votre pendentif.

Phénicia : Comment, Grand-père ? / Mon pendentif ?

Grand-père : Il fait pivoter l’aiguille d’une boussole vers le sud s’il est porté par un être au sang diamagnétique. / Lorsque vous serez à proximité de Grendizer, il se mettra à briller.

Phénicia : Ils le savent ? / Ah bon ?

Grand-père : Je viens de te dire que nous échangions des informations scientifiques avant l’invasion de notre planète. Je compte sur toi pour accomplir ton devoir Phénicia d’Euphor. / Vous pouvez le faire. Récupérez Grendizer, notre dieu protecteur ! Je compte sur vous, Grace Maria Fleed…

Phénicia : Grand-père ! Grand-père ! / Grand-père ! Grand-père! Grand-père. Grand-père !

***

Le matin.

Alcor : On a quadrillé toute la région sans apercevoir la moindre trace d’Actarus. / Impossible de localiser Duke. Où peut-il bien être ?

Vénusia : Il a dû se poser en catastrophe dans ses montagnes. Passons-les au peigne fin. / Il a dû atterrir en urgence dans les environs. On y retourne.

Alcor : D’accord. / Ok

***

Phénicia : J’ai lu dans ton journal que sur Euphor, tu étais notre précepteur. Mais c’est du Grand-père que je garderai le souvenir. Je suis la princesse Phénicia d’Euphor. Je défendrai la planète qui m’a accueillie contre la cruauté des Forces de Vega. / Grand-père. Merci d’avoir pris soin de moi. Je suis Grace Maria Fleed. Je fais le serment de reprendre Grendizer à ces démons.

***

Vénusia : Alcor, il est là-bas ! / Oh, il est là !

Alcor : J’ai vu. Actarus ! / Duke. Duke Fleed !

Vénusia : Actarus ! Réponds-nous. / Duke, ça va ?

Alcor : Actarus, tu m’entends ? / Que se passe-t-il ? Réponds-nous !

Actarus : Salut, ça va mieux. Désolé de vous avoir fait peur. / Ça va. Désolé de vous avoir causé du souci.

***

Le pendentif de Phénicia s’allume quand elle voit passer les navettes de la patrouille.

Phénicia : J’en ai fait le serment. Je poursuivrais les faiseurs de ténèbres jusqu’en enfer s’il le faut. / Misérable, tu as volé notre dieu protecteur. Je ne te lâcherai pas.

***

Actarus : Où est passé l’antérak ? / Où a-t-il bien pu passer ?

Procyon : Actarus, l’antérak se dirige maintenant vers la côte dorée. Les complexes industriels risquent d’être attaqués. / Duke Fleed, le Monstronef est apparu au-dessus du Pacifique. Il attaque une zone industrielle.

Actarus : Bien reçu, j’y vais. / Compris. On y va.

Alcor : On te suit. On ne va tout de même pas le laisser faire. Tu vas avoir de mes nouvelles. / Reçu ! Bon sang, il s’en donne à cœur joie. Je ne le laisserai pas faire.

Actarus : Alcor, attends ! / Kôji, attends !

Alcor : Mortanium ! / Cyclone Beam !

Actarus : Alcor, attention. Laisse-le-moi. Alcor, tu es blessé ? / Kôji, attention ! Ecarte-toi ! Kôji, ça va ?

Alcor : Non, seulement un peu secoué. Je me demande par quoi. / J’ignore ce que c’était mais j’ai pris un sacré choc.

Actarus : Par la radioactivité qui émane de cet antérak. / Il émet de la radioactivité végatronique.

Vénusia : On ne peut pas s’en approcher. / On ne peut pas s’en approcher

Actarus : Si je trouvais le moyen de bloquer son rayonnement. / Comment faire pour éviter sa radioactivité ?

Alcor : Il y a urgence, sinon, il va tout ravager. / Il faut en finir avec lui, il est déchaîné.

Actarus : Il y a une solution. On va le maintenir au sol. Comme ça, je pourrais contrôler ses mouvements. Alcor, pendant qu’on s’en occupe, va chercher Fossoirak. / J’ai trouvé. On va l’enfoncer dans le sol. C’est comme ça qu’on pourra le coincer. Bon, Kôji. Va chercher le Drill Spazer. Je vais l’occuper.

Alcor : Entendu. / Bien compris.

Actarus : Cornofulgure ! / Space Thunder !

Vénusia : Missiles Omega ! / Marine Missiles !

Actarus : Missiles Gama ! / Spin Drill !

Vénusia : Mécronium ! / Marine Beam !

***

Alcor décolle avec Fossoirak.

***

Actarus : J’ai compris. Ses circuits ont été endommagés par une surcharge des piles. / Ce sont les radiations végatroniques qui le rendent fou.

Vénusia : Actarus ! Alcor est revenu. / Duke, kôji est revenu.

Actarus : Parfait ! Transfert ! Autolargue ! Retournement ! A toi Alcor. Accrochage ! / Parfait. Chute in ! Dizer, go ! Scramble Turn ! Combinaison Cross !

Ils s’enfoncent dans le sol pour coincer le golgoth dans le sol

Vénusia : Missiles Oméga ! / Marine Missiles !

Actarus : Alcor, feu ! / Kôji, maintenant !

Alcor : Tarieropulseur ! / Drill Missiles !

Actarus : Séparation ! Cornofulgure ! Fulguropoing ! Astérohaches ! / Separation go ! Space Thunder ! Screw Crusher ! Double Harkin !

Alcor : Bien joué. / Ça y est.

***

Au centre, au coucher du soleil.

Alcor : Vous voyez, le rêve se serait de compléter notre escadrille avec un 4e aigle. Ça nous ferait gagner un temps précieux et Fossoirak accompagnerait toujours Goldorak. / Si on avait eu un quatrième équipier, pour venir en renfort avec le Drill Spazer, on aurait été bien plus efficaces.

Actarus : Oui, tu as raison.

Phénicia : C’est le Centre dont Grand-père parle dans son journal. Ils ont parlé de Goldorak. Aurait-il déjà occupé le Centre ? / C’est ici que se trouve Grendizer. J’ai enfin trouvé le repaire de ces démons.

Alcor : Oh ! Eh toi ! Qui es-tu ? J’aimerais savoir ce que tu fais par ici. / Eh, attends ! Méfiez-vous ! C’est sûrement l’une des leurs.

Phénicia : Vous êtes des monstres. / Faites vos prières !

Actarus : Arrête ! D’où tiens-tu ce pendentif ? A qui l’as-tu volé ? Qui es-tu ? / Attends ! D’où sors-tu ce pendentif ? Qui es-tu ?

Phénicia : Il est à moi. Je suis la princesse d’Euphor, fille du roi et de la reine Astrida. / Je suis la princesse de Fleed, Grace Maria Fleed ! Et je suis venue récupérer Grendizer.

Actarus : Phénicia ! Phénicia ? Phénicia… Phénicia, je suis le prince d’Euphor. / La princesse de Fleed ? Maria ! Maria ! Oui. Je suis Duke Fleed.

Phénicia : Toi ? Le prince d’Euphor ? / Duke Fleed.

***

Flashback.

Phénicia : Au secours ! Au secours ! / Grand frère ! Grand frère !

Actarus : Tu dois rester avec notre précepteur. / Pardonne-moi, Maria.

Phénicia : Ne me laisse pas. / Grand frère !

Actarus : Il faut que j’aille défendre le palais. / Grendizer…

Phénicia : Non, emmène-moi. Ne me laisse pas. / Grand frère ! Grand frère !

***

Phénicia : Je t’ai retrouvé. C’est toi. Tu es bien vivant. Et c’est toi qui possèdes Goldorak ? / Grand frère. C’est bien toi, grand frère ?

Actarus : Oui, petite sœur. / Oui.

Phénicia : Ah, quel bonheur ! / Grand frère, tu as survécu.

Actarus : Phénicia, c’est un miracle que tu sois là. Jamais, je n’osais espérer te revoir. Tu n’as plus rien à craindre maintenant. / Maria. Maria, quel bonheur de te retrouver ! Toi aussi, tu as dû beaucoup souffrir. Mais on ne se séparera jamais plus.

***

Procyon : Pourquoi est-ce que vous pleurez ? / Que se passe-t-il ?

Alcor : Qu’est-ce qui pleure ici ? Ou alors c’est de joie. Je vous présente la sœur d’Actarus, Phénicia. Vous aviez un fils, vous allez maintenant avoir une fille. / Duke… Duke… Je ne sais pas comment l’exprimer… Demandez donc à ce magnifique soleil couchant.

Procyon : Et c’est une grande joie. / Au soleil couchant ?

***

Prochain épisode : L’assassinat de Kôji Kabuto

Des assassins de Vega tentent de m’éliminer en pleine nuit. Mais grâce à Maria, j’échappe de peu à la mort. Leur plan diabolique m’empêche cependant d’intervenir. Duke Fleed, ne t’inquiète pas pour moi. Occupe-toi du Monstronef !

3 commentaires
  1. Tijoe permalink

    Je viens tout juste de regarder cet épisode pour la première fois en vostfr ! Je l’avais toujours vu en vf. Et ben ! Quelles surprises ! Pour le coup je préfère globalement la vostfr car les explications du grand-père en vo me semblent plus convaincantes, et surtout confortent le fait que Goldorak est bien une technologie d’Euphor et non de Véga comme le laissait entendre la vf dans les 1ers épisodes. La toute fin de l’épisode est aussi mieux en vo qu’en vf : j’ai toujours trouvé la réaction de Procyon étrangement impassible à la découverte de la soeur d’Actarus en français avec son monotone « c’est une grande joie », alors qu’en vo on comprend mieux.
    Par contre le seul petit bémol pour le coup, c’est qu’en vo, lors de la scène du flashback, Actarus passe quand même pour un vrai salaud en laissant tomber sa petite soeur pour aller chercher Grendizer en se contentant de dire « Grendizer ». En vf ça passe mieux lorsqu’il lui dit qu’il doit sauver le palais et qu’elle doit rester avec le précepteur … Ben visiblement Phénicia lui a pardonné son « abandon » 🙂

Trackbacks & Pingbacks

  1. Goldorak – Episode 49 : Ma critique | Les découvertes de Flo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :