Aller au contenu principal

Episode 31 : Texte VF-VOSTFR

Episode 31

Aujourd’hui Goldorak dans

Don Quichotte de l’espace / L’amitié de Boss fleurit dans le ciel.

Au bord d’un lac, dans le hangar de Boss. Boss et ses acolytes travaillent sur Boss Robot

Cocker : A table ! A table ! Le repas est servi. A table ! / Le repas est prêt ! Venez déjeuner ! Il y a du curry !

Setter : Eh ben, c’est pas trop tôt. J’ai l’estomac dans les talons. Et patron ! Ramenez-vous, c’est servi. / Je meurs de faim ! Boss, à table ! On mange, Boss !

Boss : Ça y est, c’est au point maintenant / C’est déjà l’heure ?

Cocker et Setter commence à manger quand Boss frappe sur la table

Boss : RAS / Dites donc !

Cocker : Ah au secours ! Mais qu’est-ce qui vous prend patron ? / Quoi, Boss ?

Boss : Avant que vous commenciez à vous goinfrer, j’ai une lettre à vous lire. / Vous oubliez les règles de politesse !

Setter : Bon allez-y, on écoute. / Tu remets ça, Boss ?

Boss : Voilà. « Comment vas-tu, Bélier. J’aimerais que toi et ton équipe veniez passer des vacances avec nous. J’espère que vous accepterez l’invitation… » / Alors… « Boss, ça va bien ? Viendrez-vous nous voir pour les vacances de mai ? Nous vous attendons avec plaisir. Lors d’un combat, l’autre jour… »

Alcor : « En ce moment, j’ai beaucoup de travail parce que j’ai perdu mon OVT au cours d’une bataille et j’en construis un autre. Je vous attends avec beaucoup d’impatience, votre ami Alcor. / « … mon T-FO a été détruit. Je n’ai rien à faire en ce moment. C’est dommage, mais je n’y peux rien. Nous vous attendons. Venez nous voir. »

Boss : Alcor, quand je pense qu’il a failli être abattu. / Pauvre Kôji, ça doit être dur pour lui.

Cocker : Ne pleurez pas patron, je vais en faire autant. / Boss, ne pleure pas.

Setter : Il faut finir de réparer notre robot en vitesse. Ensuite, nous le prêterons à Alcor. Je suis sûr que cela lui fera très plaisir d’avoir un robot comme le nôtre. / Tu vas aussi nous faire pleurer. Boss, si on améliore Boss-Borot et qu’on le lui apporte, ça fera plaisir à Kôji.

Boss: Ne t’inquiète pas Alcor. Tu auras la géniale invention de mon génial cerveau. Bon allez, il ne faut jamais se laisser abattre. Mangeons. / Bien dit. Je vais user de tout mon génie pour l’améliorer. Kôji, patience ! Allez, à l’attaque !

Quelqu’un écoute à la porte.

Boss : Si tout va bien, nous aurons fini la réparation demain matin. J’ai hâte de voir Alcor se servir de ce robot. / Je le terminerai d’ici demain matin ! J’ai hâte de voir la mine réjouie de Kôji.

Cocker : Oui, on passera la nuit, s’il le faut patron mais il faut qu’Alcor soit content. / Pour notre ami, je vais faire de mon mieux.

Boss : Bon, dépêchez-vous et cessez de bavarder. / Je compte sur vous deux !

Cocker et Setter ensemble : Oui, patron / Ok.

***

Deux hommes vont vers une voiture à côté du hangar de Boss et activent une communication.

X2 : X2 appelle lune noire, répondez. Répondez, c’est urgent. / Skull Moon ? Skull Moon ? Ici X2. Répondez, s’il vous plait.

Minos : Ici Commandant Minos. Alors, avez-vous trouvé ce trio d’imbéciles qui ont travaillé pour le ranch du Bouleau Blanc. / Quoi ? Vous avez trouvé un hangar avec trois amis de Kôji Kabuto ?

X2 : Oui commandant. Ils sont en train de fabriquer un nouveau robot. / Oui, ils fabriquent un étrange robot qu’ils comptent apporter à Kôji Kabuto.

Minos : Haha, et que veulent-ils en faire ? / Entendu. Surveillez leurs mouvements.

X2 : Ils ont l’intention d’en faire cadeau à un certain Alcor. Commandant, nous attendons vos ordres. Que faisons-nous ? / Entendu, je trouverai la cache de Kabuto et de Duke Fleed. Sinon, que fait-on pour le robot ?

Minos : Restez sur place et continuez la surveillance. Je leur réserve une assez jolie surprise. Envoyez Golgoth 31; Qu’est-ce que vous attendez ? / Je vais immédiatement envoyer un Monstronef. On le détruira avant qu’ils s’en servent. Envoyez le Monstronef Rai-Rai !

Soldat : A tes ordres ! Golgoth 31, décollage. / Entendu. Envoyez le Monstronef Rai-Rai !

***

Boss robot a maintenant une soucoupe qu’il tient à bout de bras

Boss : Allez, on va faire un petit vol d’essai. Alors les deux commis, vous êtes prêts oui ou non ? / Allez, on va faire un vol d’essai ! Bon, vous êtes prêts, vous deux ?

Cocker et Setter : Oui patron / Oui !

Boss : Alors paré pour la manœuvre. Attention contact. Béliorak go ! Allez, vas-y vole. Ça marche, ça marche ! Ça marche. Hourra. Attention, je fonce ! Maman, j’ai oublié de presser le bouton d’arrêt. Tu parles d’un atterrissage. En tout cas, ce vol d’essai est un vol de maitre. Quelle réussite ! Vite, on le porte à Alcor. / Bien ! En avant ! Boss Spazer, en route ! Spazer, décollage ! Il vole ! Il vole ! Borot Jump ! Victoire ! On a réussi ! Et zut ! J’ai oublié d’appuyer sur le bouton stop ! Ouille. Ce vol d’essai reste une réussite. Nuke, Mucha, descendez. Je vais immédiatement apporter ce Borot amélioré à Kôji.

Cocker et Setter : Oui patron. / Entendu.

***

X2 : X2 à golgoth 31. X2 à Golgoth 31. Le robot est en route. Il faut le détruire avant qu’il ne soit aux mains du prince d’Euphor. Dépêchez-vous. / Monstronef Rai-Rai ! Ils tentent de fabriquer un 2e Grendizer. Kôji ne doit pas s’en emparer. Faites vite !

Soldat : Entendu ! / Entendu.

***

Au ranch

Alcor : Riguel, alors. Est-ce que mes amis arrivent ? / Danbei, vous ne voyez toujours pas Boss-Borot ?

Riguel : Non, je ne vois encore rien Alcor / Non. Rien pour l’instant, Kôji !

Alcor : c’est étonnant. D’habitude, Bélier est toujours à l’heure. Qu’est-ce qui peut bien se passer? / Ah non ? Il ne devrait pas tarder.

Banta : Salut Alcor / Hé Kôji !

Alcor : Ah Banta, toi au moins, tu es à l’heure. / Salut, le Bariolé. Qu’est-ce qui t’amène ?

Banta : Si Bélier arrive, il y a quelques bon repas en perspective. / Boss arrive, il paraît. J’en profite pour m’incruster.

Alcor : Tâche de ne plus te quereller avec lui, hein ! Et souviens –toi que Bélier a le sang chaud. / Tâche de bien t’entendre avec Boss. Lui aussi, il part au quart de tour.

Banta : Pas de danger, quand je suis à table, je suis copain avec tout le monde. / Ne t’inquiète pas ! Quand je suis repu, je suis de bonne humeur.

Alcor : Ahah, ça je le sais mais ce retard commence à m’inquiéter. / C’est sûr. Bon, qu’est-ce qu’il fabrique ?

***

Bélier chante

Boss : « Maman, les petits bateaux qui vont sur l’eau ont-ils des jambes. Mais oui mon gros béta, s’ils en avaient pas, ils ne voleraient pas ». T’inquiète pas, Alcor, j’arrive. T’as plus de soucis à te faire. Avec mon Béliorak, tu vas faire un malheur, frérot. / « Les marques sur le pilier montrent la taille que nous faisions, il y a deux ans, le 5 mai. Mon frère mangeait du gâteau de riz… » Patience, Kôji ! Tu restes notre sauveur. Pas question de te laisser déprimer seul dans ton coin !

Il approche du ranch

Riguel : Alerte ! Il y a un gros ovni qui s’amène. Alerte voilà un ovni, un énorme ovni. / Hein, quoi ? Je vois un ovni ! Il y a un ovni ! Un ovni !

Il met en route une sirène.

Riguel : Ouh là là là, Alerte ! / Il y a un ovni ! Un ovni nous attaque !

Alcor : Riguel, quel genre d’ovni est-ce ? / Danbei, tu as vu un ovni ?

Riguel : Je n’en sais rien. Soyez tous prêt à vous battre. Il est monstrueux. J’en ai encore jamais vu d’aussi affreux. Ne restez pas paralysés. Remuez-vous un peu. Vous n’êtes que des poules mouillées. / Oui, préparez-vous au combat ! Un étrange ovni s’approche de nous ! Méfiez-vous ! Pourquoi vous restez plantés là ? A l’attaque ! Réagissez, ou vous allez vous faire tuer !

Alcor : Riguel, attends une seconde. / Un instant, Danbei !

Riguel tire à la mitraillette.

Riguel : Si vous croyez m’avoir comme ça, vous vous trompez / Goûte à la puissance de feu du président du Comité Anti-ovni pour la défense de la Terre !

Boss : Et faites pas l’idiot, c’est moi. Arrêtez, ne tirez pas. Alcor, dis-lui d’arrêter. Il est fou ton copain / Vous vous trompez ! C’est moi ! Regardez ! Kôji Kabuto ! Ça fait une paie !

Alcor : Bélier ! Enfin te voilà. / Boss ? C’est toi, Boss ?

Boss : Evidemment que c’est moi. Atterrissage. Ouille. Alors, on ne reconnait plus les amis ? Salut Alcor, tu aurais pu t’arranger pour nous faire un autre accueil. / J’atterris ! Borot, go ! Salut, et merci pour l’accueil. « Courage, Kôji » (inscription sur la banderole). Regarde, Kôji, on vient t’encourager.

Alcor : Bélier, je suis drôlement content de te voir. / Boss, merci.

***

X2 : X2 appelle Golgoth 31. Je répète X2 appelle Golgoth 31. Ils viennent d’arriver au ranch du Bouleau Blanc. Au point B1.03. Je répète. Ranch du Bouleau Blanc. Au point B1.03. / X1 et X2 à Rai-Rai. Le repère de Kôji Kabuto est au point B103-Z16, ranch du Bouleau Blanc. Point B103-Z16, ranch du Bouleau Blanc.

Soldait : Bien compris. Nous nous rendons immédiatement au point B1.03 / Bien reçu. Je me dirige immédiatement vers le point B103-Z16.

***

Au Centre

Argoli : Oh professeur, un ovni s’approche du ranch. / Oh, un ovni ! Professeur, un ovni s’approche du Japon.

Procyon : Ah, revoilà ces monstres ! Argoli, branchez-moi le télescope. / Quoi ? Un ovni ? Hayashi, active le télescope spatial.

Argoli : Oui / Bien.

***

Au ranch

Riguel : Messieurs, je suis impardonnable. J’ai commis une très grossière erreur en vous tirant dessus. Je suis un imbécile. / Je suis absolument mortifié d’avoir tiré sur un invité. Je m’excuse sincèrement.

Boss : RAS / Pas de problème, m’sieur.

Riguel : Je ne sais vraiment pas comment me faire pardonner. / J’ai vraiment honte.

Alcor : Quelle punition peut-on lui infliger ? / Parle-moi plutôt de ton robot, Boss ?

Boss : Ça va, on n’en parle plus. A propos, je voulais te dire que les copains et moi on a décidé de t’offrir Béliorak. Ça ne te fait pas plaisir ? / Je pensais te prêter Boss-Borot pendant un moment. Je l’ai amélioré. Alors, tu peux l’utiliser.

Alcor : Tu m’offres ton robot ? C’est trop gentil. Tu es vraiment un garçon extraordinaire. / Tu changes pas, toi. Vraiment, tu… Tu es si attentionné.

Boss : Qu’est ce qui te prend Alcor, pourquoi est-ce que tu pleures ? / Mais pourquoi tu pleures, Kôji ?

Alcor : J’ai une poussière dans l’œil. / Idiot, j’ai juste une poussière dans l’œil.

Actarus : Alcor, tu dois être fier de pouvoir compter sur de tels amis. / Kôji est heureux d’avoir un si bon ami.

Vénusia : Actarus, ton père vient de téléphoner. Il veut que tu ailles au Centre tout de suite. / Daisuke, le Centre Spatial te demande en urgence.

Actarus: J’y vais. Merci Vénusia. / C’est entendu.

***

Au Centre

Procyon : Je me demande ce que cet engin vient faire dans ce secteur. / Il se dirige droit sur le Centre.

Argoli : J’espère qu’ils n’ont pas repéré le Centre. / Ils nous auraient repérés ?

Cochir : En tout cas, on ne peut rien faire pour l’instant. J’espère qu’Actarus ne va pas tarder à arriver. / Il faut vite que Daisuke arrive.

Actarus arrive en buggy.

Procyon : Actarus ! / Daisuke !

Actarus : Père, ce sont encore les Forces de Vega ? / Père, ce sont les Forces de Vega ?

Procyon : Un golgoth approche. J’aimerais que tu ailles y jeter un petit coup d’œil. / Un Monstronef se dirige vers nous. Sors en urgence.

Actarus : J’y vais tout de suite, père. / Entendu.

***

Soldat : Nous y serons dans 10 km. A toutes les navettes, tout le monde est prêt ? Départ immédiat. / Encore 10 km avant le point d’arrivée. Ordre à tous les Mini-FO de se rendre immédiatement au point B103-Z16 !

***

Scène Asporat, Métamorphose, Route n° 7, Goldorak go !

***

Au ranch.

Mizar : Oh, voilà toute une armée de soucoupes. On va être attaqué. / Les ovnis sont tout proches ! Les ovnis approchent !

Alcor : Bon sang, les revoilà / Quoi ? Les voilà…

Boss: Viens, mon frère, on va les recevoir en douceur. / Kôji, on le tente ?

Alcor : Allons-y / Ok

Banta : Alcor, eh, Alcor, j’aimerais bien aller avec vous. Attends ! / Hé, laissez-moi venir avec vous !

Mizar : Oh, elles ont disparu. Eh, papa !, je ne vois plus rien. Toutes les soucoupes sont parties. / Tiens, c’est bizarre. Papa, c’est bizarre, les ovnis ont disparu.

Riguel : Rien d’étonnant. Elles ont sans doute compris à qui elles avaient affaire. Ces extraterrestres ne sont qu’une bande de froussards. Dès qu’ils aperçoivent une mitraillette, ils s’enfuient comme des lapins. Allez, venez, venez que je tape dans le tas. Je vais faire un joli carton. Amenez-vous si vous l’osez. / Ça, c’est normal, je les intimide avec mon attitude martiale. Quelle grossièreté de venir quand on a un invité. Montrez-vous ! Vous verrez comme je vous canarde ! Sors de là, Monstronef !

4 soucoupes arrivent. Une explose à la surprise de Riguel.

Mizar : Oh, t’as réussi. / Bravo, papa ! Tu en as eu une.

Riguel : Ah, tu as vu le travail fiston. Je les ai eues et maintenant, je suis certain qu’elles ne s’y frotteront plus. / Quoi, je l’ai eue ? Ouais ! Je n’ai pas encore perdu la main. T’as vu ça ?

Les autres soucoupes passent à ras du mirador.

***

Boss : Attention ça va bouillir. En avant. Béliorak, go ! / Me voilà ! Boss-Borot, décollage !

Les navettes tirent sur Boss-robot

Boss : RAS / Vous arrivez trop tôt !

Alcor : Bélier, qu’est-ce que tu fais. Décolle ! / A quoi tu joues ? Tu ne peux pas voler ?

Boss : Alcor, détends-toi. Il n’y a pas le feu, je vais la faire décoller cette sacrée machine. Accrochez les ceintures. / Attends, ne me bouscule pas ! On va s’envoler. C’est bizarre, ça ne marche pas. Ça ne devrait pas se passer comme ça.

Riguel : Pas de panique, Bélier, je suis là. / Boss, on est avec toi ! Courage ! Je te couvre !

Boss : Je ne peux plus m’arrêter. Maman ! / Un cul-de-sac ! Y en a partout ! C’est la panade ! Mais je vaincrai !

Banta : Bélier, t’es sûr que tu ne peux rien faire ? / Ça s’est arrêté. C’est la fin !

Alcor: Ah Banta, tu ne peux pas la fermer une seconde. / Tu vas te taire, à la fin ?

Boss, Alcor et Banta sont assommés.

X02 : Nos ennemis semblent hors d’état de nuire. Je crois qu’il serait temps que Golgoth intervienne. Faites une manœuvre de diversion et attaquez. / L’ennemi est neutralisé. C’est le moment ! Que Rai-Rai le détruise avec ses missiles. Entendu ?

Soldat : Entendu, j’envoie les navettes. / Bien. Que les Mini-FO se replient.

Goldorak arrive

Actarus : Planitrons ! Alcor qu’est-ce que tu fais ? Alcor, tu m’entends ? / Spin Saucer ! Kôji, que se passe-t-il ? Tu es réveillé, Kôji ?

X02 : Commandant, Goldorak a décollé. / Ce maudit Grendizer est apparu !

Minos : Donnez l’ordre à Golgoth 31 de l’intercepter. Nous ne devons pas les laisser prendre de vitesse. Il faut le détruire / Il est là ? Très bien. Détruisez-le, et ce drôle de robot aussi. En avant, Rai-Rai !

Actarus : Alcor, ils attaquent de tous les côtés. Eloignez-vous de la zone dangereuse. / Kôji, ça va ? C’est dangereux, enfuis-toi vite !

Alcor : Ne t’inquiète pas pour moi, j’ai la situation en main. / Moi ça va. Je réveille les autres.

Actarus : Je te fais confiance. / Entendu. Ok, je vous protège.

Alcor : Bélier, réveille-toi, bon sang ! C’est pas le moment de dormir. / Merci. Boss, ressaisis-toi.

Boss : RAS / Pas assez de jus.

Alcor dépose Banta dans un coin

Alcor : Bélier, essaye de faire quelque chose. / Alors, Boss ?

Boss : Dis donc Alcor, qu’est-ce que c’est cet engin ? / Qu’est-ce que c’était que ça ?

Alcor : On est sauvé, c’est Goldorak. / Grendizer.

Boss : Oui, je me souviens. J’ai l’impression de l’avoir déjà vu quelque part. Et qu’est-ce qu’on fait maintenant ? / Ah oui, je crois l’avoir aperçu, la dernière fois. Qui le pilote ?

Alcor : Ne bouge pas. Il prend les choses en main. / C’est Duke Fleed.

Boss : C’est un drôle de client ton copain. / Qui c’est, ce Duke Fleed ?

Alcor : On en reparlera plus tard. Pour l’instant, il faut remettre ton robot en marche. / Je t’expliquerai en détail plus tard. On a d’abord besoin de puissance.

Boss : Oui mais c’est plus facile à dire qu’à faire. / Ah oui, j’oubliais. Voyons voir…

Alcor : Alors Bélier, tu y arrives. / Boss, je compte sur toi.

Boss : Mais une seconde bon sang, je ne suis pas Dieu le père, moi ! / Quelque chose m’échappe ! J’arrive pas à me rappeler

Il tape sur le robot, une corde descend devant Alcor

Alcor : Oh, qu’est-ce que c’est que ça Bélier ? / Boss, qu’est-ce que c’est ?

Boss : Ça, ben c’est la manette des gaz, pourquoi ? / C’est ce qui nous donnera la puissance maximale !

Alcor : Si on essayait de s’en servir ? / Je dois tirer dessus ?

Boss : C’est une bonne idée. / Exactement.

Actarus : Alcor, dépêche-toi, je t’attends. / Vite, Kôji, le Monstronef est là.

Alcor : Je fais ce que je peux. Bélier, tu es prêt ? / Entendu ! Boss, c’est bon ?

Actarus : Tu aurais pu aller plus vite. / Que se passe-t-il, Kôji ?

Alcor : Excuse-moi, j’ai fait ce que j’ai pu. / Désolé. Tout va bien.

Actarus : RAS / Ok, bon courage !

Boss : Ça y est, c’est au point maintenant. / C’est parfait comme ça.

Alcor : Il est opérationnel ? / Que fais-tu ?

Boss : Oui, tu peux l’utiliser quand tu voudras. / A toi de le piloter, Kôji.

Alcor (off) : J’aimerais en être aussi sur que lui. / Boss, tu es sûr ?

Boss : Allez, vas-y, pourquoi est-ce que tu hésites ? / Ben quoi, qu’est-ce que t’as ?

Alcor : D’accord, j’y vais. Vous allez voir, ce que vous allez voir. Allez, vas-y.

Boss : Tiens bon, j’arrive. / Vas-y.

Alcor : RAS / Ça fait un moment que je m’étais pas lâché. En avant. Borot Jump !

Alcor et Boss: Ça y est, on a réussi. Il y a un problème. / On a réussi ! Victoire ! Ouh là là là là

Boss Robot attérit su rGolgoth 31 qui s’écrase et se coince dans un ravin. Boss Robot tombe à son tour. Tout le monde est évanoui. Goldorak continue sa poursuite des navettes.

Actarus : Planitrons ! Fulguropoings ! Planitrons ! Maintenant, je vais voir ce qui est arrivé à Alcor. Megamac ! / Space Thunder ! Screw Crusher punch ! Space Saucer ! Ça aura pris du temps. Où sont Boss et Kôji ? Grendizer, puissance maximale !

Le golgoth se décoince.

Actarus : A moi de jouer. Fulguropoing ! / Le voilà. Screw Crusher Punch !

Le golgoth explose. Les trois compères se réveillent.

Banta : Eh, où est-ce que je suis ? / Qu’est-ce qui se passe ?

Alcor et Boss : Ça suffit, allez viens ! / T’occupe ! Allez ouste.

Ils remettent Banta dans un coin en l’assommant.

Actarus : Il faut que je le liquide. Planitrons ! Cornofulgure ! / Cette fois, je lui règle son compte. Spin Saucer ! Space Thunder !

Le golgoth s’accroche aux ailes

Actarus : A nous deux; Transfert ! Autolargue ! / Je me détache. Chute in ! Tu vas voir. Dizer go !

Alcor : Prépare-toi, Goldorak est en danger. / On doit se relever. Grendizer est en danger.

Boss : Quand tu veux. Je suis prêt. / Ok, on est debout. Boss-Borot, décollage !

Alco : Le voilà. Bélier on y va / Grendizer. On y va, Boss !

Boss : D’accord ! / Ok; Boss-Borot Kick ! On a gaffé ! Et zut !

Actarus : Cornofulgure ! Autolargue ! Astérohaches ! / Space Thunder ! Dizer go ! Double harkin !

Boss : T’inquiète pas Actarus, on est là / Il l’a eu. Ouais

Actarus : Fulguropoing ! / Screw Crusher Punch !

***

Au soleil couchant, les robots se saluent

Actarus : Bélier, Alcor, je vous remercie, vous avez sauvé Goldorak / Boss, Kôji, je vous remercie sincèrement. Vous avez sauvé Grendizer.

Boss : En réalité on n’a pas fait grand-chose mais je suis quand même content que nous vous ayons aider à sortir de ce mauvais pas. / Tant de compliments, ça me gêne. Mais on est contents d’avoir pu t’aider. Hein, Kôji ?

Alcor : On fait ce qu’on peut. / C’est sûr

Actaru s: Mais je suis désolé que votre merveilleuse machine soit endommagée. / Mais je suis désolé que ton Boss Spazer ait été détruit.

Boss : Oh, aucune importance, je pourrais en construire une autre. / Hein ? C’est rien ! J’ai juste à en reconstruire un.

Actarus : Tant mieux. Je vois que vous ne manquez pas d’enthousiasme. / Merci, ce que tu dis là me soulage.

Les robots font face au soleil couchant.

Actarus : Je suis heureux qu’il y ait des gens comme vous, prêt à tout pour lutter contre ceux qui veulent détruire la planète bleue. / Cette verte Terre est si belle. Il faut la défendre à tout prix, quoi qu’il arrive.

Boss : Vous pourrez toujours compter sur nous. / Je vous y aiderai.

Actarus : Merci, Bélier / Merci, Boss.

Ils se serrent la main.

Actarus : A bientôt, Bélier. / A bientôt.

Boss : Oui, quand vous voudrez Goldorak. Nous serons toujours prêts / Hein ? Comment ça ? Eh, où tu vas ?

Actarus : Cabré ! Arrimage ! / Dizer jump ! Spazer Cross

Boss : Alcor, tu as de la chance d’être toujours avec lui. / Dis Kôji. Où il est parti ?

Alcor : Ah, c’est ce que je me dis. Sans lui, nous ne pourrions jamais empêcher les Forces de Vega d’envahir notre planète. / Ah va savoir. C’est une espèce d’oiseau migrateur qui défend la Terre un peu partout.

Boss : Si vous avez besoin de moi, surtout n’hésitez pas. / Je vois. En tout cas, c’est un gars bien.

Alcor : Tu peux être tranquille. / RAS

Boss : J’aurais toujours plaisir à vous donner un coup de main. / Porte-toi bien. On se reverra un jour !

***

Episode suivant : Tire sur ta mère !

Duke Fleed poursuit un Monstronef évanescent avant d’apercevoir une ville de sa planète natale. Mais c’est impossible ! En plus, Duke Fleed tombe sur sa mère qu’il croyait morte. Que cela signifie-t-il ?

Laisser un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :