Skip to content

Des fleurs pour Algernon ou Algernon ni hanataba wo

22 février 2016

Il y a quelques mois, j’avais commencé à écrire une revue sur le drama « Algernon ni hanataba wo » qui est la dernière adaptation du livre « Des fleurs pour Algernon » de Daniel Kleyes. Je ne l’ai jamais complété donc voici.

Aujourd’hui, je viens de terminer l’oeuvre originale d’une traite. Tellement bouleversante qu’elle m’a empêchée de dormir et que je risque d’avoir les  larmes aux yeux autant de fatigue que d’émotions toute la journée.

« Des fleurs pour Algernon » est un roman d’anticipation ou de sciences fictions qui met en avant la recherche scientifique sur la neurologie. J’étais réticente à lire le livre car j’avais lu un résumé et des commentaires dessus et la fin est plutôt triste d’un point de vue extérieur.

Le livre est écrit sous forme de compte-rendu rédigé par le personnage principal, lui-même, Charlie Gordon. On suit donc toute son évolution depuis la prise en charge au début de l’expérience, son opération, son évolution ascendante puis descendante.

Je suis contente d’avoir vu le drama avant. Cela m’a permis de visualiser un peu mieux les personnages (bien qu’ils soient différents de par leur culture et aussi la période historique dans laquelle se passe l’histoire), mais aussi de voir les faiblesses de l’adaptation comme dans toute oeuvre de ce genre. En peu de temps, il est difficile de montrer toutes les facettes de la psychologie de Charlie alias Sakuto.

Je vais d’abord parler du drama qui est ma première confrontation avec l’histoire.

Ainsi que je l’ai déjà écrit, l’histoire est plutôt triste pas vraiment porteur d’espoir si ce n’est sur l’amitié. Ceci est déjà un premier point qui le différencie du livre. Cependant, même si vous risquez de verser une larme à chaque épisode (dans les 2 premiers épisodes, 2-3 scènes), l’histoire est assez bien menée. Aucun acteur ne fait défaut dans ce drama de 10 épisodes.

Algernon ni Hanataba wo

Il a été diffusé d’avril à juin 2015 sur la chaîne TBS. Le rôle principal est joué par Yamashita Tomohisa. Honnêtement, il a su relever le challenge. Il est parfait dans ce rôle, très différent de ce qu’il a déjà fait. Bon, je ne suis pas très objective : si vous avez suivi mes derniers articles, vous savez que je suis de près cet artiste en ce moment et c’est ce drama qui m’a vraiment fait l’apprécier,

Il a fallu au moins 5 mois pour avoir les sous-titres français. 3 mois pour avoir les 3 derniers et ce fut long. Néanmoins, cela ne m’a pas empêché de regarder régulièrement les épisodes disponibles en vostfr et les 3 derniers en VO. J’avais eu l’occasion de lire le résumé de tous les épisodes à une époque (impossible de remettre la main sur le blog), je savais donc de quoi il retournait. De toute façon, que ce soit juste en vo ou avec les sous-titres, les images et le jeu des acteurs parlent eux mêmes pour comprendre. Je pourrais le regarder à intervalles réguliers sans que je ne m’en lasse.

« Shiratori Sakuto, déficient mental, a un rêve : devenir intelligent pour se faire aimer de sa mère. Un jour par l’intermédiaire d’un rat de laboratoire qui s’est échappé, il va faire la connaissance de Mochizuki Haruka, une scientifique qui fait de la recherche neurologique dans l’équipe du professeur Hachisuka. Ce dernier vient de mettre au point un traitement qui semble améliorer grandement les performances cognitives, le ALG et souhaite commencer les essais cliniques. Sakuto semble être un cobaye idéal. » (Nautiljon)

Je vous mets le lien d’une vidéo qui résume le personnage de Sakuto (bon les photos sont aussi pour l’acteur 😉 ).

Le jeune garçon, abandonné par sa mère à cause de sa déficience a été élevé par son père jusqu’à ses 15 ans. Son rêve est de devenir  intelligent pour se faire aimer de sa mère parce que « être idiot, ce n’est pas bien ». A la mort de son père, il est confié à Takebe Junichiro, responsable d’un magasin de livraison de fleurs. Depuis 10 ans, Sakuto vit et travaille là-bas, entouré de ses collègues, des jeunes en ré-insertion sociale. Ils semblent l’apprécier mais est-ce pour lui-même ou parce qu’il est handicapé ?

Le premier épisode pose déjà les thèmes principaux : la recherche de reconnaissance ou d’amour de la mère et l’amitié. Chaque soir, il travaille les kana pour apprendre à lire, il épargne pour s’acheter une voiture, il apprend à photographier dans sa tête ce qu’il voit pour retenir. Deux garçons le côtoient : l’un, Yanagawa Ryuichi, qui l’utilise à ses propres fins pour capter l’attention des filles ou juste pour s’amuser ; l’autre, Hiyama Kosuke, qui sort de prison pour avoir tué son père, lui aussi abandonné par sa mère, qui le comprend mieux que quiconque et tentera de le protéger de ses colocataires.

Il n’aime pas que les gens autour de lui se battent ou qu’ils soient tristes, alors il règle les conflits entre ses collègues en leur faisant des blagues ou en jouant au jankenpon (pierre-papier-ciseaux).  Sakuto ne comprend pas toujours les tenants et les aboutissants de ce qui se passe autour de lui mais par sa naïveté, il en perçoit les contours. Sa volonté de faire plaisir aux autres, de les aider attirent les gens autour de lui. Parce qu’il a cette facilité, Takebe installe toujours les nouveaux venus dans la même chambre que lui.

algernon-02Mais un autre incident viendra renforcer son désir de devenir intelligent : être égal des autres pour pouvoir être accepté comme un ami.

Alors il donne son accord pour devenir le premier cobaye humain dans cette expérience. A partir de ce moment là, nous le suivons dans son évolution vers une intelligence accrue au-delà de l’impensable et dans sa découverte du monde, une découverte qui lui fera plus de tort que de bien finalement. Il se rend compte qu’il n’aura jamais l’amour de sa mère et que l’amitié dont il pensait être entouré n’était que de la pitié envers une personne inférieure. En devenant intelligent, avide de découvertes, il ne se rend pas compte au début qu’il surpasse les autres jusqu’à ce que ceux-ci le rejettent, effrayés de se retrouver à sa place.  A tel point, qu’il finira par se détacher des personnes qui l’entourent, ne trouvant refuge qu’auprès d’Algernon et de ses recherches scientifiques. Quand son cerveau régresse, c’est à nouveau sur la petite tombe d’Algernon, au milieu de la forêt qu’il se réfugie. Cependant, ce qu’il n’avait pas compris, c’est qu’il n’est pas si seul que ça et que des amis tiennent à lui…

Algernon10

Maintenant que j’ai lu le livre, il est difficile de ne pas faire de parallèle. Tout son cheminement intellectuel, sa perception de ses émotions, le fait que ces dernières n’évoluent pas au même rythme sont montrés dans le drama mais pas forcément compris dès le premier visionnage. La première fois, je n’ai pas beaucoup aimé Sakuto dans les épisodes 6 et 7 car il était trop froid, insensible. Par la suite, quand il se rendra compte que son avenir en tant que génie sera de courte durée, il se battra pour trouver une solution et se coupera de lui-même du monde même de sa petite amie.

En lisant le livre, j’ai retrouvé quelques fils conducteurs qui ont servi de base pour le drama. Par exemple, quand Sakuto monte dans le premier épisode le long d’un long poteau électrique pour attraper un ballon, cette scène fait référence à ce que dit Alice à Charlie qu’un jour il verra le monde du haut d’une tour.

algernon01« Les gens ordinaires ne peuvent voir qu’un petit peu. Ils ne peuvent guère changer, ni s’élever plus haut qu’ils ne sont, mais toi tu es un génie. Tu continueras à monter et monter et à en voir toujours davantage. Et chaque marche te révélera des mondes dont tu n’as jamais soupçonné  l’existence. » (CR n° 11, 1er mai)

En recopiant cet extrait, je vois le rapprochement quand Charlie atteint les sommets (CR n° 17, 4 octobre) lors de sa séance, la dernière, de psychothérapie en découvrant la Caverne dont parle Platon.

« A l’entrée de la caverne, je trouverai la réponse si j’ose y retourner et plonger dans la grotte de lumière qui est au-delà. Pas encore ! J’ai peur. Pas de la vie, ou de la mort, ou du néant mais de tout perdre comme si je n’avais jamais été. »

Le drama nous donne l’impression que Sakuto accepte ses deux personnalités. Vu qu’il se bat pour trouver une solution pour lui et pour une jeune femme de sa connaissance, peu de place est laissée à sa perception sur sa régression. On apprend qu’il en est conscient, qu’il ne regrette rien de ces derniers mois et demande que le jour où il sera redevenu comme avant, il puisse quitter sans qu’on le retienne.

Dans le livre, toutes les réflexions qu’il fait sur sa régression sont transmises par l’intermédiaire de ses comptes-rendus. On espère avec Charlie qu’il ne perdra pas totalement toutes ces connaissances acquises mais on ne peut que souffrir avec ou pour lui surtout quand il se rend compte qu’il ne pourra pas retourner à sa vie d’avant, chez son ancien employeur et ses amis qui seront toujours là pour le protéger. Jusqu’au bout, il combattra l’autre Charlie, qui veut reprendre sa place. A la fin, il n’oublie pas qu’il a été pendant une courte période de sa vie quelqu’un d’intelligent et garde le souhait de toujours le devenir, peut-être un peu plus qu’avant son opération. Parce qu’il ne veut pas voir la pitié ou la tristesse sur le visage des gens qui l’ont connu avec ses deux personnalités, il choisit de s’éloigner pour rejoindre un institut pour personnes déficientes, un établissement qu’il a eu l’occasion de visiter et qui n’est pas contraignant comme il le craignait.

Nous n’avons aucune informationalgernon10 sur ce qu’il a pu arriver ensuite à Charlie : a-t-il bien été traité par les professionnels de l’institut qui l’ont rencontré quand il a été le visiter ? Est-il dans le cottage des « sales » parce qu’il a régressé plus loin qu’avant ? A l’inverse, le drama montre l’inquiétude de ses proches quand Sakuto disparaît, les espoirs de le revoir et quand enfin, un scientifique se souvient d’une piste, la précipitation de ces deux amis à le rejoindre et ouvrir à eux trois un snack mobile au bord de la plage.

Que ce soit le livre ou le drama, mon esprit est resté lié à ces personnages pendant 2-3 jours, le temps que je digère l’histoire et sa conclusion. La fois précédente, c’était lors de mon premier visionnage « Des enfants loups, Ame et Yuki« . Pourquoi ? Qu’est-ce que cela peut évoquer en moi pour être perturbée ainsi ?

PS : 7 mois après cette review, j’ai de nouveau regardé le drama. Mon émotion est toujours aussi intense et ma compréhension des tenants et aboutissants en me concentrant plus sur les personnages secondaires comme Yanagawa-kun et Hiyama-kun ne fait que s’approfondir.

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :