Aller au contenu principal

Angélique, marquise de Anges

19 mars 2014

Faut-il résumer encore cette série magnifique qui relate les aventures d’une jeune aristocratique au temps de Louis XIV ?

Allez, juste pour le plaisir et après, je vous parle de la dernière adaptation.

Angélique est une jeune fille de l’aristocratie poitevine, née la même année que Louis XIV. Lors d’une réception chez son cousin, elle est témoin d’un complot pour l’assassinat du roi qu’elle arrive à déjouer. Nous sommes au temps de la Fronde. Après une éducation chez les nonnes de Poitiers, elle est mariée au Comte de Toulouse, un mariage contraint pour sauver sa famille de la pauvreté. Elle découvre alors les jeux de l’amour auprès de son mari dont elle a peur au début mais qui arrivera à la charmer. Jaloux de la richesse et de l’indépendance de Peyrac, le roi le fait arrêter. C’est alors la descente aux enfers pour Angélique qui part à Paris pour défendre son mari. Après un jugement absurde, une tentative d’assassinat contre sa personne par les auteurs du complot, elle assiste au bûcher de Peyrac et se retrouve dans les bas-fonds de Paris à la cour des Miracles.

Voilà pour le 1er tome. Un résumé très succinct. S’ensuivront 11 tomes qui verront sa remontée vers la haute aristocratie et la sphère du Roi Soleil, à nouveau sa chute quand elle part à la recherche de Peyrac en méditerranée et lorsqu’elle se révolte contre les soldats du roi et enfin, la meilleure partie quand elle retrouve enfin Peyrac et va avec lui au Nouveau Monde.

Voici la couverture des éditions du 1er tome que j’ai glané sur le net. Tout n’y est pas.

A2A1A3 A4 A5 A6 A7

Pour ma part, j’ai toute la collection J’ai lu (la série jaune) même le dernier tome qui est devenu pratiquement introuvable ; les 6 tomes de l’Intégrale qui ont été publiés et le dernier que j’ai trouvé en seconde main avec les photos du dernier film.

Parlons maintenant de l’adaptation d’Ariel Zeitoun (info ici)

J’ai eu donc l’occasion (enfin !) de voir le film à Ath avec en prime à la fin de la séance, une intervention du chatelain d’un des châteaux où a eu lieu le tournage . J’ai plusieurs impressions en fait. Comme on me l’a conseillé, j’ai essayé de le voir sans me référer aux livres. Pas évident. Le début commence par le mariage par procuration; La fête n’est pas là mais on y trouve le caractère un peu fort (moins cependant que dans le livre) de la demoiselle et son rejet quant à son mariage. La manière d’amener la séquence du complot est bien menée. Cela permet de couper la longueur de la scène et d’entrer directement dans l’histoire. La conclusion est elle aussi intéressante car elle amène vers la suite.

Par contre, j’ai dû mal quand je lis que ce scénario est le plus proche du livre. Bon c’est vrai qu’il n’y a eu que deux adaptations mais ils ont autant de qualité que de défaut. En fait, dans la première série, ce sont surtout les films suivants qui ne respectent pas la trame du livre. Et là, cette adaptation est bien partie pour ne pas la respecter non plus. Je vais donc pinailler sur quelques détails mais non des moindres.

Je commence par Philippe, le beau cousin. Le personnage décrit dans ce film n’a aucun rapport mais absolument aucun avec le livre, ni dans sa présentation, ni dans son rôle. La froideur de son éducation et donc son comportement vis à vis de sa pauvre cousine ne sont pas présents. Dommage, cela donnait un petit piquant. Je suis donc curieuse de voir comment elle va l’obliger à se marier… vu que le chantage qu’elle utilise dans le livre n’a plus lieu d’être dans ce film. Et puis la séquence où il explique dans Angélique et le Roy qu’il était déjà charmé lorsqu’elle l’avait fui, gamine, parce qu’il se moquait d’elle et qu’il avait voulu se faire pardonner avec une pomme, ben là pas besoin. On a déjà l’impression qu’ils s’aiment. Adieu les confrontations donc. C’est tellement piquant dans le livre que c’en est dommage de ne pas l’avoir. Enfin j’extrapole, peut-être que s’il y a une suite, ça claquera quand même entre eux.

Il manque la robe d’or du mariage à St Jean de Luz. Robe importante puisque c’est cela qui a été la goutte d’eau pour l’arrestation de Peyrac et que Cantor retrouvera plus tard (bon d’accord, il faudra attendre le 10e voire 11e tome).

Les enfants, parlons-en. Où se trouve Florimond à l’image de son père ? Non, là on a un enfant blond à bouclettes alors que c’est Cantor qui devrait être ainsi et qui se retrouve avec des cheveux noirs. Dommage aussi d’avoir intégré la naissance bien avant l’arrestation. Joffrey n’a pas connu ce 2e enfant. Même si je peux comprendre la difficulté de déguiser une actrice en femme enceinte, cela donne dans le livre un côté dramatique à l’histoire.

Joffrey, ben, malgré le jeu excellent de l’acteur, il ne m’a pas fait vibrer. La Grande Voix du Languedoc est absente or c’est quand même elle qui amène Angélique à l’aimer. Dommage d’être passé dessus.

Pour le reste, les scènes sur Paris, le Louvre, l’assassinat de Margot sont très bien représentées. En fait, toute cette partie est excellente. Sauf le rôle de Philippe qui ne devrait pas être, même si le jeu est bon et rentre bien dans le scénario mais n’a rien à voir avec le livre (comme critiqué plus haut).

J’adore Desgrez, il est vraiment tel que je me le représente.

Les décors sont magnifiques. La musique très belle. Bravo pour le clin d’oeil à Michel Magne.

En dehors des petits détails cités, j’ai apprécié. Le film fera parti de ma bibliothèque plus facilement que la version précédente.

Laisser un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :